« Opération Orion » : L’armée française prépare ses soldats à un conflit de grande ampleur

Publié par

Time : 1 mn 39 / [1/2]

 

Un conflit armé d’envergure pourrait opposer les pays d’Europe et du monde dans les années à venir. C’est en tout cas une éventualité à laquelle l’armée française dans son ensemble se prépare.

 


 

 

 

La Défense met en œuvre un plan colossal de préparation de ses troupes, tout en mettant l’accent sur la modernisation des équipements de l’armée. L’objectif : être prêt en cas de « conflit de haute intensité ». Environ 10.000 soldats devraient participer à cette opération baptisée « Opération Orion ».

 

Un exercice militaire de grande ampleur nommé « Opération Orion » est prévu pour 2023, dans le but de se préparer à un éventuel conflit d’envergure dans les prochaines années. Cet exercice militaire, qui comptera environ 10.000 soldats – appartenant aux Armées de terre, de l’air, et à la Marine nationale – se déroulera dans les forêts et les plaines de la région Champagne-Ardenne, là où de grandes puissances se sont affrontées par le passé, ainsi que le relate le magazine britannique « The Economist », relayé par « Le Courrier international ».

 

 

« Nous devons absolument nous préparer à un monde plus dangereux »

Trois camps de l’armée devraient être concernés, à savoir celui de Suippes, de Mailly ainsi que celui de Mourmelon. Des exercices de poste de commandement, des scénarios hybrides, des simulations ainsi que des exercices de tir réel sont prévus. Des forces belges, britanniques et américaines pourraient d’ailleurs se joindre aux troupes françaises.

 

Le général Thierry Burkhard – chef d’état-major de l’armée de terre, qui remplacera le 21 juillet prochain le général Lecointre, démissionnaire – est chargé d’assumer les premières étapes de cette gigantesque transformation des armées françaises.

 

Il a déclaré : « Nous devons absolument nous préparer à un monde plus dangereux. »

 

D’après les experts, l’hypothèse d’un conflit majeur planerait, et les généraux français estiment qu’ils ont quelques années pour s’y préparer. En janvier 2021, dix groupes d’études ont de ce fait été mis en place par l’état-major français, de façon discrète. Ils sont chargés « d’analyser la capacité du pays à faire face » à ce type de « HEM », qui signifie « hypothèse d’engagement majeur ». Ces groupes de recherche se penchent entre autres sur la question de savoir si les citoyens français sont « prêts à accepter un niveau de pertes inconnu depuis la Seconde Guerre mondiale », souligne l’un des membres de ce groupe. Sans nommer de manière directe les adversaires de la France dans un éventuel conflit majeur, les experts évoquent des pays comme la Russie, la Turquie ou encore un pays d’Afrique du Nord.

 

 

Un budget de 5,7 milliards d’euros est prévu

Ainsi, un budget colossal de 5,7 milliards d’euros devrait être alloué à l’armée française afin d’améliorer ses équipements d’ici 2023, via le programme « Scorpion ». Selon Rémy Hémez, officier et chercheur français, l’équipement de l’armée devrait d’ici 2025 changer de manière considérable, comparé aux quatre décennies qui viennent de s’écouler. Ainsi, quasiment tous les véhicules motorisés et blindés de première ligne de l’armée devraient être remplacés. Le char Leclerc, qui a fait ses preuves depuis de nombreuses années, sera lui aussi modernisé. De plus, un nouveau système de communication numérique doit relier tous les véhicules de la flotte blindée.

 

Et dans ce vaste plan de transformation, toute la stratégie militaire française est également amenée à subir un énorme changement. Alors que l’armée était habituée à des opérations extérieures ne comptant que quelques milliers d’hommes, « les opérations futures pourraient impliquer des brigades, ou une division, soit entre 8.000 et 25.000 soldats », précise encore le magazine britannique.

 


 

 

 

Après la guerre franco-prussienne de 1870, l’Europe entra dans une période de paix [longue, pour l’époque] qui favorisa les progrès économiques et technologiques, ce qui fit écrire à Charles Péguy que « le monde a[vait] plus changé entre 1880 et 1914 que depuis les Romains ».

 

Cette époque est d’ailleurs considérée comme ayant été celle de la « première mondialisation ». Cependant, des deux côtés du Rhin, elle fut marquée par les « grandes manœuvres militaires » [« Kaisermanöver » en Allemagne], dont l’enjeu était d’affiner les tactiques, de tester les nouveaux matériels et d’affirmer sa puissance militaire. Comme celles qui, organisées en 1901 dans l’est de la France, mobilisèrent pas moins de 130.000 soldats, répartis entre les Armées A et B.

 

Comparaison n’est pas raison, dit-on. Mais la « Belle Époque » présente quelques traits communs à la période actuelle, avec un contexte international qui se durcit et des menaces ne cessent de s’accentuer. Et désormais, un conflit [ou d’un engagement] de haute intensité fait partie des hypothèses que l’on ne peut écarter d’un revers de main.

 

Lors de sa dernière audition au Sénat en qualité de chef d’état-major des Armées [CEMA], plaidant pour un maintien de l’effort budgétaire en matière de défense en dépit des difficultés économiques causées par la pandémie de Covid-19, le général François Lecointre a affirmé que :

 

« Nous avons tous le devoir de faire prendre conscience à nos concitoyens que le monde qui les entoure est un monde violent et qu’ils vont être rattrapés par cette violence très rapidement, quoiqu’il arrive, qu’ils le veuillent ou non. » Et d’insister : « On ne peut pas faire d’impasse sur la protection de nos intérêts stratégiques et sur le rang de la France dans le monde ».

 

Cela étant, si elle ne sera pas actualisée comme prévu en raison des incertitudes économiques pour ses deux dernières annuités, la Loi de programmation militaire [LPM] 2019-25 fera toutefois l’objet d’ajustements afin de prendre en compte de nouvelles priorités. Et cela, selon trois axes : « Mieux détecter et contrer », « Mieux se protéger » et « Mieux se préparer ».

 

Selon les explications du général Lecointre, « mieux se préparer » signifie qu’il « s’agit surtout de conforter l’effort de préparation opérationnelle des armées, en parallèle de ce qui est conduit en faveur de leur réparation et de leur modernisation ».

 

« Pour être tout à fait franc, je pense que, au moment de l’élaboration de la LPM, nous avions sous-estimé les besoins en ressources budgétaires dans ces domaines. Aujourd’hui, il nous apparaît nécessaire de les renforcer, en rehaussant la disponibilité des équipements requis pour assurer une plus grande homogénéité de l’entraînement opérationnel, en compensant des fragilités logistiques mises en évidence par la crise sanitaire dans le domaine du maintien en condition opérationnelle et en améliorant les moyens permettant la valorisation de l’entraînement : simulation, centres de préparation opérationnelle et exercices, qui sont coûteux », a détaillé le CEMA.

 

Justement, s’agissant des exercices, le général Lecointre a confirmé que la France allait renouer, en quelque sorte, avec les « grandes manœuvres »… mais avec des effectifs évidemment beaucoup moins importants que par le passé.

 

« Nous prévoyons […] d’organiser en 2023 un exercice, dénommé Orion, qui sera multi-milieux, interarmées, interallié, de niveau divisionnaire et qui impliquera 17.000 à 20.000 hommes et 500 véhicules de l’armée de Terre, deux porte-hélicoptères amphibies, le porte-avions Charles-de-Gaulle pour la Marine et 40 avions de l’armée de l’Air et de l’Espace », a résumé le général Lecointre.

 

« Il nous faut acquérir des moyens permettant de garantir la cohérence d’ensemble et la maîtrise par les armées de la force dans des environnements moins permissifs », a-t-il continué, avant d’estimer qu’il est aussi nécessaire de renforcer les « activités notamment de l’armée de Terre et de l’armée de l’Air et de l’Espace, en augmentant les heures de vol de chasse et les heures d’entraînement sur blindés, à partir de 2022. »

 

Pour le CEMA, de telles manœuvres sont une manière de « signifier notre détermination » Et elles constituent aussi une « autre façon de contrer des stratégies hybrides car dans cette confrontation de volontés, nous devons penser que chacune de nos actions peut être, et doit pouvoir être, interprétée par nos compétiteurs ou par nos ennemis ».

 

Or, a-t-il poursuivi, « être capable de conduire un exercice de haute intensité participe de cette volonté de signifier à nos compétiteurs que nous nous défendons, que nous agissons et que nous sommes capables de contrer ces actions. » Et d’enfoncer le clou : « Les exercices que cette préparation nous amène à réaliser constituent, en eux-mêmes, une forme de démonstration de puissance, donc de confrontation. »

 

Reste que, depuis maintenant plusieurs années, la Russie organise régulièrement des manœuvres de grande ampleur, comme cela sera encore le cas avec celles appelées « Zapad 2021 », qui auront lieu en Biélorussie en septembre prochain.

 


 

Time : 16 mn 52 / [2/2]

 

Au mois de mai 2020, le CEMAT a présenté sa vision stratégique qui donne le cap à l’armée de Terre pour les dix années à venir. À ce titre, l’ambition du CEMAT est que la France dispose d’une armée de Terre durcie, prête à faire face aux chocs les plus rudes, en rehaussant notamment le niveau de la préparation opérationnelle.

 

Dans un contexte général d’incertitude, l’armée de Terre doit plus que jamais être prête à produire d’emblée de la puissance militaire pour faire face à un péril inattendu et renforcer sa résilience.

 


 

L’Otan n’est pas non plus en reste, avec des exercices d’une ampleur qui n’avait plus été vue depuis la fin de la Guerre Froide.

 


 

Source :

https://www.defense.gouv.fr/web-documentaire/vision-strategique-2020/index.html#page=1

https://www.economist.com/europe/2021/03/31/the-french-armed-forces-are-planning-for-high-intensity-war

https://fr.theepochtimes.com/larmee-francaise-prepare-ses-soldats-a-un-conflit-de-grande-ampleur-1782139.html

http://www.opex360.com/2021/06/26/haute-intensite-la-france-va-renouer-avec-les-grandes-manoeuvres-militaires/

 

Article :

Emmanuelle Bourdy / The Epoch Time

Laurent Lagneau / Opex 360

 

Vidéo : 

[1] L’armée française prépare 10 000 soldats à un éventuel grand conflit – Le Point / YouTube

[2] Supériorité opérationnelle 2030 : Vision stratégique du chef d’état-major de l’armée de Terre – Armée de Terre / YouTube

 

Photo :

Pour illustration

5 commentaires

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.