L’apparition d’une intelligence artificielle forte pourrait causer la fin de l’espèce humaine

Publié par

Bonus…

Time : 13 mn 15 / [1/2]

 

Beaucoup de personnes sous-estiment la capacité de nuisance de l’intelligence artificielle. Pour Elon Musk, L’intelligence artificielle représente un énorme danger pour l’humanité.

 

Qu’en est-il dans les faits ?

 

Serons-nous en péril à cause de l’intelligence artificielle ?

 

Va-t-on assister à une flambée du chômage ?

 

Quelles sont les solutions pour surmonter tout ça ?

 

Thami Kabbaj nous en parle dans cette vidéo et en attendant n’oubliez pas d’AGIR massivement.

 

 

Biographie succincte :

Thami Kabbaj est agrégé d’économie et de gestion, titulaire du master 2 TFB et du magistère Banque Finance de l’université Paris-II (Assas), il est diplômé de la Société des analystes techniques de Londres et possède de nombreux titres professionnels, dont Trader Eurex, certificate in derivatives et Series 7.

 

Trophée d’Or 2010 de l’analyse technique et graphique et spécialiste du trading et des marchés financiers, il enseigne le trading, l’analyse technique et la psychologie des marchés financiers à Dauphine et à Assas. Responsable du trading et du coaching pour le site de formation en ligne

 

Il donne de nombreuses conférences et est régulièrement sollicité par les principaux médias (France télévisions, BFM, Bloomberg, M6, Itélé…).

 


 

Par : Alexandre Lemoine

 

Il y a cent ans, en 1921, a vu le monde la pièce de théâtre de science-fiction de Karel Capek R.U.R., dont l’action se déroule dans une usine qui fabrique des robots. Il s’agissait de créatures artificielles ressemblant aux êtres humains. Les robots de Capek se révoltent, exterminent l’humanité et s’emparent de la planète. Aujourd’hui, certains se disent qu’une telle perspective n’est plus si fantastique que ça. Le problème de l’intelligence artificielle (IA) et le risque d’une révolte des machines sont largement évoqués. Et il est difficile à dire ce qui prendra le dessus, les « capacités inimaginables » ou les « grandes menaces ».

 

Comme l’affirme la chaîne américaine « CNBC », aujourd’hui, la plupart des citoyens européens voudraient réduire leur nombre de parlementaires en les remplaçant par une IA « politiquement instruite » avec des connaissances politiques. Tels sont les résultats d’un sondage mené par le « Centre pour la gouvernance du changement » (Center for the Governance of Change, CGC) auprès de l’université IE de Madrid, qui a interrogé 2.769 personnes de 11 pays. Cependant, « CNBC » s’abstient de qualifier de tels sentiments de crise de la démocratie occidentale en tant que système.

 

Par ailleurs, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Allemagne 69%, 56% et 54% des personnes interrogées respectivement sont opposées à la substitution de l’homme par les machines. Les jeunes et les personnes âgées adoptent des positions différentes quant à l’IA. La plupart des personnes de moins de 44 ans font confiance à l’IA, alors que les individus de plus de 55 ans ne veulent pas avoir affaire à l’IA. Le problème reste discutable et il sort clairement du cadre technique et technologique en affectant directement la vie de gens.

 

Les résultats d’un autre sondage ont montré que 42% sur 30.890 personnes interrogées de 40 pays sont inquiètes par la surveillance d’informations personnelles à l’aide de l’IA. Un tiers des personnes interrogées est opposé au remplacement des médecins par l’IA, avec la plupart des récalcitrants en Allemagne (43%) et en Italie (41%). Dans plusieurs pays les gens craignent de perdre leur travail à cause des machines :

 

  • 45% aux Philippines.
  • 41% au Mexique.
  • 40% en Chine.
  • 37% en Malaisie.

 

 

Ces peurs ne sont pas infondées. L’impression que d’ici dix ans les nouvelles technologies changeront sensiblement le marché du travail grandit.

 

Henry Kissinger a exprimé de sérieuses craintes concernant une éventuelle « révolte des machines », en soulignant que cette menace était d’une aussi grande ampleur que la menace de l’arme nucléaire. En se perfectionnant l’IA est capable d’interpréter à sa manière les relations avec les humains et tirer ses propres conclusions concernant le sort de l’humanité.

 

Le célèbre physicien théoricien Stephen Hawking a averti depuis longtemps que les efforts visant à créer des machines intelligentes pourraient menacer l’existence de l’humanité.

 

« L’apparition d’une intelligence artificielle à part entière pourrait marquer la fin de la race humaine », indiquait-il.

 

L’économie numérique, la maison intelligente, les soldats robots, les gadgets entre les mains de tout le monde, etc. sont des prémisses d’un avenir sinistre. Les spécialistes du développement de l’IA affirment de plus en plus souvent que, même si cela ne se produira pas d’ici 20-30 ans, l’humanité assistera à l’apparition d’une IA plus intelligente que son créateur. Le dernier bastion de l’humanité tombera quand sera créée ce qu’on appelle l’intelligence artificielle forte ou générale, capable de gérer un éventail infiniment large de tâches intellectuelles et surtout de penser de manière autonome.

 

Il est impossible de prévoir la nature de toutes les menaces susceptibles de survenir à court terme. Et c’est pourquoi il est nécessaire de songer à les prévenir dès à présent. S’il n’est pas déjà trop tard.

 

Alexandre Lemoine

 


 

Bonus…

Time : 26 mn 44 / [2/2]

 

Nouveau champ de bataille des grandes puissances, l’intelligence artificielle au cœur de l’affrontement Chine-États-Unis.

 

Invité : Pascal Boniface, directeur Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et auteur de « Géopolitique de l’intelligence artificielle » (Eyrolles, 2021).

 

« Celui qui maîtrisera le domaine de l’intelligence artificielle deviendra le maître du monde », affirmait en 2017 Vladimir Poutine. Le président russe a été parmi les premiers à exprimer les enjeux géopolitiques de ces bouleversements. Dans cette course à la toute-puissance numérique, la Chine et les États-Unis se disputent la suprématie sur le marché mondial. « Aussi bien Xi Jinping que Joe Biden savent très bien que celui qui maîtrisera l’intelligence artificielle et celui qui fera la course en tête aura un avantage compétitif stratégique majeur sur l’autre. Ce grand duel est l’évènement géopolitique pour les années à venir entre Pékin et Washington », précise d’emblée Pascal Boniface, directeur de l’IRIS et auteur de « Géopolitique de l’intelligence artificielle ».

 

Aux États-Unis, le marché de l’intelligence artificielle (IA) devrait peser environ 90 milliards de dollars en 2025. Si la Silicon Valley et les GAFAM dominent encore largement le monde de l’innovation, la Chine entend devenir le nouveau leader du marché en 2030. Notamment grâce à des investissements massifs ordonnés par le président Xi Jinping et une jeunesse chinoise « qui ne compte pas les heures de travail et qui veut devenir riche contribuant ainsi à la puissance de son pays », souligne Pascal Boniface.

 

Face aux ambitions chinoises, les États-Unis se cabrent. Washington a ainsi tenté d’interdire l’application chinoise TikTok ou empêcher la société Huawei de développer ses activités sur le sol américain. « Un véritable aveu de faiblesse de la part des États-Unis », selon le directeur de l’IRIS. « Auparavant c’étaient les pays communistes qui interdisaient des éléments culturels occidentaux, de peur qu’ils ne pervertissent la jeunesse communiste chinoise ou soviétique ».

 

D’autres grandes puissances comme l’Inde ou la Russie sont également dans la course. En 2019, grâce à un décret présidentiel, le budget russe destiné à l’IA est passé de 1,3 à 6,1 milliards de dollars. Cette hausse s’inscrit dans la Stratégie Nationale pour l’intelligence artificielle en Russie. Israël se positionne également dans cette compétition mondiale. Le dernier exemple en date est le buzz mondial du site « Deep Nostalgia », qui a séduit les internautes du monde entier en rendant vie à des photographies grâce à une technologie directement issue des services secrets israéliens.

 


 

Source :

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2878

https://www.mondialisation.ca/lapparition-dune-ia-forte-pourrait-causer-la-fin-de-lespece-humaine/5658033

 

Article :

Alexandre Lemoine / Observateur Continental / Mondialisation.ca

 

Note : 

La source originale de cet article est Observateur continental

Copyright © Alexandre LemoineObservateur continental, 2021

 

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d’articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l’article, l’adresse url ainsi qu’un hyperlien vers l’article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d’auteur (copyright) doit également être indiquée.

 

Vidéo : 

[1] Elon Musk : L’intelligence artificielle, la plus grande menace pour l’humanité ! – Thami Kabbaj / YouTube

[2] Intelligence artificielle, arme ultime – Géopolitis / YouTube

 

Photo :

Pour illustration

Un commentaire

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.