Citation | Quote : Le monde réel est caché par le mur de l’imagination

Publié par

 

Pour comprendre la différence entre les états de conscience, il nous faut revenir sur le premier, qui est le sommeil. C’est un état de conscience entièrement subjectif. L’homme y est englouti dans ses rêves – peu importe qu’il en garde ou non le souvenir. Même si quelques impressions réelles atteignent le dormeur, tel que sons, voix, chaleur, froid, sensation de son propre corps, elles n’éveillent en lui que des images fantastiques. Puis l’homme s’éveille. À première vue, c’est un état de conscience tout à fait différent. Il peut se mouvoir, parler avec d’autres personnes, faire des projets, voir des dangers, les éviter, et ainsi de suite. Il paraît raisonnable de penser qu’il se trouve dans une meilleure situation que lorsqu’il était endormi. Mais si nous voyons les choses un peu plus à fond, si nous jetons un regard sur un monde intérieur, sur ses pensées, sur les causes de ses actions, nous comprendrons qu’il est presque dans le même état que lorsqu’il dormait. C’est même pire, parce que dans le sommeil il est passif, ce qui veut dire qu’il ne peut rien faire. Dans l’état de veille au contraire, il peut agir tout le temps et les résultats de ses actions se répercuteront sur lui et sur son entourage. Et cependant il ne se souvient pas de lui-même. Il est une machine, tout lui arrive. Il ne peut arrêter le flot de ses pensées, il ne peut contrôler son imagination, ses émotions, son attention. Il vit dans un monde subjectif de « j’aime », « je n’aime pas », « cela me plaît », « cela ne me plait pas », « j’ai envie », « je n’ai pas envie », c’est-à-dire un monde fait de ce qu’il croit aimer, désirer ou ne pas désirer. Il ne voit pas le monde réel. Le monde réel lui est caché par le mur de son imagination. Il vit dans le sommeil. Il dort. Et ce qu’il appelle sa « conscience lucide » n’est que sommeil – et un sommeil beaucoup plus dangereux que son sommeil de la nuit, dans son lit.

 

Considérons quelques éléments de la vie de l’humanité. Par exemple, la guerre. Il y a la guerre en ce moment. Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela signifie que plusieurs millions d’endormis s’efforcent de détruire plusieurs millions d’autres endormis. Ils s’y refuseraient, naturellement, s’ils s’éveillaient. Tout ce qui se passe actuellement est dû à ce sommeil.

 

Ces deux états de conscience, sommeil et état de veille, sont aussi subjectifs l’un que l’autre. Ce n’est qu’en commençant à se rappeler lui-même que l’homme peut réellement s’éveiller. Autour de lui toute la vie prend alors un aspect et un sens différents. Il la voit comme une vie de gens endormis, une vie de sommeil. Tout ce que les gens disent, tout ce qu’ils font, ils le disent et le font dans le sommeil.

 

 

« Le matin des magiciens » – Jacques Bergier & Louis Pauwels – Folio (1972), pages 563, 564

 


 

« Un être humain est une partie d’un tout que nous appelons ‘Univers’.

 

Une partie limitée dans le temps et l’espace. Il a l’expérience de lui-même, de ses pensées, de ses sentiments comme quelque chose qui est séparé du reste.

 

C’est une sorte d’illusion d’optique de sa conscience. Cette illusion est une sorte de prison pour nous. »

 

 

Albert Einstein, cité par Weber, 1986, p. 203

 


 

 


 

Photo :

Pour illustration

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.