Pourquoi l’esprit malveillant de « Malignant » pourrait vraiment exister ?

Publié par

Âmes sensibles et mineurs s’abstenir

 

Time : 6 mn 57 / [1/2]

 

Dans « Malignant », le nouveau film de James Wan, un esprit malveillant tourmente Madison depuis l’enfance.

 

Nous avons enquêté auprès de spécialistes pour savoir si ces esprits existent réellement.

 

Ulyces.co

 


 

Time : 8 mn 54 [Vostvfr] / [2/2]

 

Rencontre avec le Dr Richard Gallagher dont la mission est de fournir aux patients l’aide dont ils ont besoin, même s’il s’agit d’un exorcisme.

 


 

Biographie succincte :

Le Dr Richard Gallagher (MD) est un psychiatre certifié et professeur de psychiatrie au New York Medical College et psychanalyste à la faculté de l’Université de Columbia. Il est diplômé de l’Université de Princeton et a suivi une formation en psychiatrie à la faculté de médecine de l’Université de Yale. Premier expert scientifique mondial sur le sujet des attaques diaboliques, il est membre actif de « l’Association internationale des exorcistes » depuis les années 1990. Il vit à Westchester, New York.

 


 

Le Dr Richard Gallagher, psychiatre, expert en possession démoniaque, n’essaie pas de vous convaincre

 

 

 

 

L’auteur de « Demonic Foes » parle d’exorcismes, de possession et de l’interaction compliquée de la science et de la spiritualité.

 

Il y a des décennies, le Dr Richard Gallagher, un psychiatre universitaire, s’est réveillé dans la nuit au son de ses deux chats par ailleurs dociles qui se battaient et se griffaient l’un l’autre. Richard Gallagher a été contraint de séparer les chats dans deux pièces, puis est retourné se coucher, mystifié par leur comportement étrange. Le lendemain matin, un prêtre que Gallagher connaissait a frappé à la porte, accompagné d’une femme aux cheveux noirs de jais dont l’eye-liner s’étendait jusqu’à la racine des cheveux. « Comment avez-vous aimé ces chats hier soir ? » plaisanta-t-elle.

 

C’était Julia, qui prétendait être une grande prêtresse du satanisme possédée par des forces démoniaques. Son cas remarquable était l’un des premiers parmi tant d’autres que le Dr Richard Gallagher allait rencontrer au cours d’une longue carrière consacrée à distinguer la psychose de la possession présumée. Julia a présenté une série de comportements qui, selon Gallagher, constituaient une possession « une fois par siècle », allant de parler dans des langues qu’elle prétend ne pas connaître à lévitation prétendument pendant plus d’une demi-heure lors d’un exorcisme.

 

« Je sais que je suis possédée », a déclaré Julia plus tard au Dr Gallagher lors d’une consultation. « Je m’absente et je ne me souviens plus de ce qui se passe. Ils me disent qu’une voix sort de moi. Je ne sais pas. Je ne me souviens de rien. C’est un démon, j’en suis sûr. »

 

Ainsi commença la longue immersion du Dr Richard Gallagher dans le monde de la prétendue possession démoniaque. Au cours des décennies qui ont suivi sa rencontre avec Julia, le Dr Gallagher a consulté des chefs religieux de nombreuses religions sur des centaines de cas, les aidant à distinguer les « troubles spirituels » de ce qu’il croit être des « troubles de l’esprit ». En conséquence, le Dr Richard Gallagher a été présent à des dizaines d’exorcismes, ce qui l’a amené à devenir une ressource recherchée sur la possession démoniaque. Depuis le début des années 1990, le Dr Gallagher est un membre actif de « l’Association internationale des exorcistes », servant pendant un certain temps en tant que conseiller scientifique au sein de son conseil d’administration. Gallagher raconte ses expériences dans « Demonic Foes : My Twenty-Five Years as a Psychiatrist Investigating Possessions, Diabolic Attacks, and the Paranormal » durant vingt-cinq annnées en tant que psychiatre enquêtant sur les possessions, les attaques diaboliques et le paranormal, un nouveau livre couvrant la profondeur et l’étendue de sa carrière médicale inhabituelle. Le Dr Richard Gallagher a parlé avec « Esquire » de sa propre foi, du processus rigoureux de collecte de preuves et de l’interaction compliquée de la science et de la spiritualité.

 

 

ESQ (Esquire) : Vous mentionnez dans la préface que vous hésitiez à écrire ce livre. Qu’est-ce qui vous a poussé à l’écrire ?

 

Dr Richard Gallagher : Il s’agit d’un sujet controversé et je suis psychiatre universitaire, donc je n’étais pas sûr que ce soit une bonne idée, professionnellement parlant, de faire connaître une croyance qui est inacceptable pour beaucoup de gens dans mon domaine. Cependant, ce n’était pas la considération principale. J’avais une autre considération à propos de la révélation des histoires des gens. Ces personnes n’ont jamais été mes patients, mais des personnes au sujet desquelles j’ai consulté le clergé. J’hésitais sur la confidentialité. J’ai finalement décidé que je pouvais assez bien déguiser les personnages ; J’ai également eu la permission de ces personnes d’écrire à leur sujet.

 

Je pense qu’il y a certaines personnes, tant les patients souffrants de pathologies psychiatriques que les rares personnes qui sont éprouvées, qui devraient comprendre cela. Il y a des gens qui ont des problèmes mentaux qui pensent être possédés et l’inverse. Je pensais que cela pourrait éclairer une certaine population. Je pensais aussi que ce serait d’intérêt public. Évidemment, c’est un sujet qui intéresse les gens, mais il y a souvent beaucoup d’idées fausses et de confusion. Je pensais que j’étais dans une position unique, à la fois avec ma vaste expérience dans ce domaine et en l’ayant étudié scientifiquement, en tant que professeur universitaire de psychiatrie. Je pensais que mon point de vue me permettrait d’écrire un livre qui éclairerait beaucoup de gens.

 

 

ESQ : Vous écrivez au début du livre que certains de vos collègues médecins seraient d’accord avec vos conclusions, mais seraient réticents à révéler leur accord ouvertement. Pourquoi donc ?

 

Dr Richard Gallagher : En Amérique, il y a beaucoup de psychiatres chrétiens. Partout dans le monde, il existe de nombreux psychiatres à orientation spirituelle, qui acceptent vraiment la possibilité de possession par des esprits, parfois avec des cadres idéologiques différents. Beaucoup d’entre eux hésitent à s’exprimer. Ils peuvent penser : « Ceci est un peu hors du commun pour le domaine de la santé mentale, alors peut-être que je devrais garder cela pour moi. » De plus, beaucoup d’entre eux n’ont pas la vaste expérience que j’ai. Ce n’est pas comme s’ils avaient une base de données ou une grande connaissance de la littérature sur ce sujet, comme je l’ai développé au fil des ans.

 

 

ESQ : Quel rôle votre propre système religieux joue-t-il dans votre implication dans les possessions ?

 

Dr Richard Gallagher : Je serais naïf de ne pas supposer que mon éducation catholique a piqué mon intérêt pour le sujet. Je suis le genre de personne qui a toujours remis en question ma foi, ce n’est donc pas comme si je l’acceptais sans enquête. J’ai vraiment essayé de l’étudier sans passion en tant que phénomène. Ce n’est pas devenu une partie centrale de ma réflexion sur la religion, mais c’était certainement un ensemble de phénomènes qui m’intriguaient, à la fois en tant que médecin et en tant qu’être humain. Je me suis permis de m’engager avec quelques prêtres qui m’ont demandé mon avis ; puis je me suis impliqué avec « l’Association internationale des exorcistes », qui a adopté une approche quelque peu savante de tout cela. Je me suis suffisamment familiarisé avec le sujet pour devenir et être considéré comme un expert à consulter.

 

 

ESQ : Quelles sont les conditions typiques qui conduisent à une interférence démoniaque dans la vie d’une personne ? Qui est particulièrement vulnérable à ces attaques ?

 

Dr Richard Gallagher : La possession n’est pas quelque chose qui va arriver de bon gré à n’importe qui. Les gens n’ont pas besoin d’aller au lit le soir en craignant de se réveiller possédés le matin. Il y a tout un éventail d’attaques, mais les personnes qui deviennent possédées sont presque invariablement — et je choisis mes mots avec soin ici, car il y a quelques cas exceptionnels — les personnes qui se sont sérieusement tournées vers quelque chose de mal. Cela pourrait signifier une sérieuse immersion dans des domaines de comportement sombres et occultes, comme le satanisme. Cela dit, vous ne pouvez pas dire que Satan est partout. De plus en plus de gens s’impliquent dans la poursuite sérieuse de ce qu’ils considèrent comme de la magie ou de la sorcellerie.

 

La deuxième catégorie de personnes vulnérables aux possessions, qui chevauche souvent la première, est celle des personnes qui se sont sérieusement tournées vers le mal dans leur vie. Étonnamment, certaines personnes qui se sont tournées vers le mal de manière sérieuse se tourneront vers des croyances que nous considérerions comme occultes ou sombres, comme les sectes. Ils s’impliquent là-dedans, puis ils attendent des faveurs en retour, et après un certain temps, ils découvrent que c’était un marché de dupes. Ils sont au-dessus de leurs têtes, et les forces occultes qu’ils se sont engagées à avoir, échappent à tout contrôle, les possèdent effectivement.

 

 

ESQ : Cela ne semble-t-il pas être une prophétie auto-réalisatrice que la plupart des victimes de possession démoniaque soient impliquées dans une pratique spirituelle ? Qu’en est-il des agnostiques ou des athées ? Sont-ils vulnérables aux possessions ?

 

Dr Richard Gallagher : Les gens diront souvent : « Comment se fait-il que seuls ces chrétiens, en particulier les fondamentalistes chrétiens, soient possédés ? » Il est vrai que certains religieux intégristes vont interpréter à tort des problèmes psychiatriques ou d’autres problèmes médicaux comme de la possession. Ils sont peut-être les plus exhibitionnistes à ce sujet, mais la possession peut arriver à n’importe quiet c’est arrivé tout au long de l’histoire. La possession a attaqué toutes les cultures. Pratiquement toutes les religions et toutes les cultures ont vu des cas de possession ; cela ne dépend en aucune façon d’une tradition religieuse particulière, ni même de la croyance ou de l’incrédulité d’une personne en Dieu. Cela n’arrivera pas à votre athée moyen de bonne volonté, mais si quelqu’un n’a aucune croyance religieuse et qu’il s’est tourné vers le mal, d’une certaine manière, il est dans un état pire, parce qu’il ne sait pas comment obtenir de l’aide. J’ai rencontré des gens avec des croyances complètement agnostiques ou athées qui, d’une manière ou d’une autre, se sont plongés dans l’occultisme, puis se sont retrouvés complètement dépassés. Ils ne savaient pas vers qui se tourner, alors parfois ils étaient plus disposés à parler à un psychiatre qu’à un membre du clergé. Cependant, un très grand nombre de cas qui m’ont été renvoyés sont passés par le clergé.

 

 

ESQ : Vous écrivez que, pour se remettre d’une possession démoniaque, une personne doit y travailler et la vouloir. A quoi ressemble ce travail ?

 

Dr Richard Gallagher : Considérant que ces possessions arrivent généralement à des personnes qui se sont tournées vers le mal ou l’occultisme, vous devez y renoncer. Vous devez dire : « Je ne vais pas le faire à nouveau. » Ou, « Je ne vais pas m’impliquer dans le satanisme. Je ne vais pas m’impliquer dans la sorcellerie. » Certaines personnes sont très réticentes à le faire. Julia était l’une d’entre elles. J’ai eu la forte impression qu’elle aimait son activité dans la secte, même si elle en était aussi effrayée et craignait de partir. Elle avait peur d’être blessée si elle quittait la secte.

 

Julia était un cas extrême, car elle m’a convaincu de manière crédible qu’elle était ce qu’elle disait être, c’est-à-dire une grande prêtresse dans un culte satanique. Pour être libérée, elle aurait dû renoncer au culte et renoncer à une vie de péché, car ces cultes ne sont pas innocents. Ils font des choses infâmes. Elle aussi aurait dû se construire spirituellement. Elle aurait dû se tourner vers Dieu. Elle aurait dû développer une sorte de pratiques religieuses. C’est ainsi que les gens s’améliorent, souvent en conjonction avec des prières et des exorcismes, dans les cas extrêmes. Beaucoup d’exorcistes m’ont dit que c’était 90% des efforts du patient et 10% des exorcismes. Je ne dis certainement pas que les exorcismes sont inefficaces, mais ils ne sont qu’une partie du processus de libération. Ils ne sont pas magiques.

 

 

ESQ : À quoi ressemble un exorcisme typique, et comment savoir quand une série d’exorcismes a été efficace ?

 

Dr Richard Gallagher : Dans un sens, il n’y a pas d’exorcisme typique, car ils sont tous différents. Différentes traditions spirituelles ont des cérémonies et des rituels différents. L’exorcisme catholique est peut-être le plus ritualisé. Les chrétiens orthodoxes ont également une prière rituelle assez définie selon leurs dires. Une session typique peut durer 45 minutes. Les prières sont dites. Parfois, le démon fait surface ; parfois non. J’ai vu une personne délivrée lors d’un exorcisme, mais j’ai vu d’autres exorcismes qui durent des mois ou des années. Parfois, la personne n’est jamais délivrée.

 

 

ESQ : Quelle est la variance que vous voyez dans ces démons ? Quelle est la gamme de personnalités que vous avez observées ?

 

Dr Richard Gallagher : Ils ne révèlent pas beaucoup leur personnalité. Ce qu’ils révèlent est invariablement méchant, orgueilleux et arrogant. Certains d’entre eux semblent plus stupides que d’autres. Certains d’entre eux semblent super idiots tandis que d’autres sont assez malveillants. Il est clair que vous avez affaire à différents niveaux de personnalité, mais nous en voyons le côté particulièrement amer. Ils ne veulent pas partir, alors invariablement ils mentent. Ils essaient constamment de semer la confusion chez les gens, alors ils peuvent dire qu’ils sont une âme morte. Dans les temps anciens, les écrivains juifs et chrétiens pensaient que les démons prétendaient être des dieux possédant des gens. C’était une croyance commune dans le monde grec.

 

Dans les temps modernes, en particulier dans le monde développé, beaucoup de gens pensent que les possédés ne sont que des malades mentaux. Il y a une vraie différence. Comme je le dis souvent aux gens, les malades mentaux ne peuvent pas tout à coup parler des langues étrangères. Ils ne présentent pas de cas lévitation. Ils n’ont pas de force surhumaine et ils n’ont pas de capacités psychiques leur permettant de révéler des informations cachées. Si tel est le cas, tous ces symptômes sont une bonne indication qu’il y a une créature distincte impliquée. Je laisse le diagnostic officiel au clergé, mais je suis bien conscient que, pour constituer une possession, il faut écarter les maladies psychiatriques et médicales, dont certaines ont des similitudes superficielles, mais sont en réalité bien différentes. Vous devez avoir des preuves claires et rigoureuses. Dans l’église catholique, le processus de diagnostic est rigoureux, destiné à aboutir à une certitude morale. Vous n’êtes pas censé supposer que cela se produit sans beaucoup de preuves très solides.

 

 

ESQ : Vous écrivez dans le livre que la demande d’exorcismes augmente. Pourquoi donc ?

 

Dr Richard Gallagher : Il y a deux théories à ce sujet. Je pense qu’ils ont tous les deux un certain mérite. L’une est qu’il y a plus de soucis avec ce genre de choses, donc les gens pensent qu’ils ont besoin d’un exorcisme alors que ce n’est pas le cas. De nos jours, les jeunes sont élevés avec des films, des émissions de télévision et des croyances paranormales. C’est différent de quand j’étais enfant, quand ce genre de choses était rejeté et mal vu. C’est peut-être en partie parce qu’il y a plus de gens qui pensent qu’ils sont possédés. Ils peuvent même recevoir des prières alors qu’en fait se sont des malades mentaux.

 

Le deuxième facteur auquel croient les exorcistes les plus expérimentés, probablement avec crédibilité, est le déclin des religions traditionnelles. Il est assez clair que les religions dominantes, et pas seulement le christianisme, ont connu un déclin au cours des dernières décennies. Lorsque les gens abandonnent une religion traditionnelle ou plus orthodoxe, ils développent généralement une sorte de système de croyances de substitution. Cela implique souvent des idées sur les forces énergétiques, les thèmes occultes et les visites des esprits. Beaucoup d’exorcistes pensent qu’à cause des spiritualités alternatives, ces personnes se sont ouvertes aux forces du mal et aux esprits maléfiques, d’une manière dont les personnes religieuses plus traditionnelles sont protégées.

 

 

ESQ : Pour quelqu’un qui recherche les services d’un exorciste, comment peut-il distinguer un vrai professionnel d’un bonimenteur ?

 

Dr Richard Gallagher : Il y a beaucoup de bonimenteurs. Les gens trouvent ces sujets bizarres, mais il y a beaucoup de chamans à New York et en Californie. Il y a des gens qui se disent guérisseurs psychiques. Il y a eu un engouement en France il y a quelques années où beaucoup de gens se faisaient passer pour des guérisseurs et des exorcistes alternatifs. Je suis sûr que certains d’entre eux sont bien intentionnés, mais ils demandent souvent beaucoup d’argent. L’un des critères est de trouver quelqu’un qui fait cela en tant que ministère spirituel, ou quelqu’un d’une tradition religieuse plus traditionnelle plutôt que quelqu’un qui se présente comme un expert autoproclamé en exorcismes. Je n’ai presque jamais vu une personne qui s’adresse à exorciste qui facture de l’argent et se fait libérer avec succès.

 

 

ESQ : Vous mentionnez dans le livre que votre collègue le Père Jacques se sentait menacé par les membres de la secte, et que ces membres voulaient supprimer son témoignage aux médias. Pouvez-vous m’en dire plus sur cette tension entre les membres de la secte et le clergé ?

 

Dr Richard Gallagher : Je suis psychiatre, et dans au moins une partie de ma vie professionnelle, j’ai été exposé à beaucoup de gens qui étaient hystériques à propos des sectes et du satanisme. Les célèbres écrivains chrétiens ont dit : « Les démons sont heureux que nous ne croyions pas en eux, et ils sont également heureux que nous devenions trop préoccupés par eux. » Il y avait des sous-cultures en Amérique où les gens voyaient des satanistes et des sectateurs partout. Je ne pense pas que les cultes sataniques organisés soient très courants. Cependant, il y a certaines personnes qui se tournent vers un type de vrai satanisme ou diabolisme. Ces personnes détestent toutes les personnes authentiquement spirituelles, mais elles détestent particulièrement le clergé des différentes religions clés, parce qu’elles les considèrent comme l’ennemi, enseignant aux gens à mener une vie juste et à combattre les forces du mal.

 

 

ESQ : De nombreuses personnes verront vos découvertes et vos expériences avec scepticisme. Ils pourraient dire que c’est non scientifique ou superstitieux. Que dites-vous aux sceptiques ?

 

Dr Richard Gallagher : Je ne dirais pas que je fais du prosélytisme de quelque façon que ce soit. Je ne suis pas trop ambitieux pour convaincre les gens. Les victimes de ces possessions souffrent à l’extrême. Je suis médecin, alors j’essaie d’aider les gens qui souffrent. On peut dire : « Je ne crois pas à ce genre de choses ». Quelques centaines d’années dans le monde occidental, cela a été un sujet très controversé. Je pense que les gens ont des idées fausses, que j’essaie d’aborder dans le livre, sur ce que la science peut vérifier et ce qu’elle ne peut pas vérifier.

 

Vous ne pouvez pas faire d’expériences dans ce domaine. Je suis allé à la faculté de médecine de l’Université de Princeton et à l’Université de Yale. On m’a enseigné la science et la méthode scientifique. La méthode scientifique de l’ère moderne est construite sur ce que nous appelons le naturalisme méthodologique.

 

En d’autres termes, nous ne supposons pas que des forces spirituelles opèrent, car vous ne pouvez pas les étudier de la même manière. Vous ne pouvez pas les étudier empiriquement. Vous ne pouvez pas faire d’expériences sur elles.

 

Vous avez également à faire à des créatures qui savent que vous les étudiez, les observez ou essayez de les enregistrer. Beaucoup de gens pensent qu’ils vont capturer des preuves sur une caméra et prouver l’existence de démons au monde, mais ces créatures savent quand elles sont filmées. Ils ne sont pas sur le point de coopérer alors qu’une grande partie de leurs efforts consiste à se dissimuler. Ils ne sont pas sur le point de rendre leur existence évidente aux gens.

 

Ce que les gens ne comprennent pas, c’est que vous pouvez utiliser une définition plus large de la science, qui était la vision classique de la science dans le monde occidental, où la science était la connaissance. Ensuite, vous devez décider : « Y a-t-il suffisamment de connaissances basées sur des preuves historiques ? » Vous ne pouvez pas vraiment prouver combien de personnes ont traversé le Delaware avec George Washington ; vous devez l’accepter sur la base d’un témoignage solide. C’est la même chose avec les exorcismes. Il faut regarder le témoignage. Cela semble-t-il raisonnable ? Est-ce cohérent avec d’autres enseignements ? Par exemple, les enseignements des principales confessions, qui croient toutes aux mauvais esprits. C’est un sujet historique.

 

Je ne suggère jamais aux gens : « Je veux que vous me croyiez. » Mon travail n’est de convertir personne. Mon travail consiste à présenter les preuves pour les raisons pour lesquelles je veux aider les gens et éclairer ceux qui sont ouverts aux preuves. J’appartiens à une organisation appelée « l’Association internationale des exorcistes », composée d’environ 400 exorcistes. Ils ont tous des histoires comme celles que je raconte dans le livre. Je reçois des appels de tout le pays et du monde entier. Je dis aux gens : « Ecoutez, je m’en fiche si vous me croyez. Si le sujet vous intéresse, parlez-en à ces exorcistes. » Ils sont généralement parfaitement disposés à parler à quelqu’un.

 

 

ESQ : Existe-t-il un processus de vérification pour ce que vous faites ? Lorsque des membres de la famille du possédé viennent vous décrire un comportement étrange, comment vérifiez-vous leurs dires ?

 

Dr Richard Gallagher : J’essaie de vérifier les choses autant que je peux. Certaines d’entre elles sont basées sur une observation personnelle. Avec Julia, comme je l’ai décrit dans le livre, elle me disait des choses sur les gens que je pouvais vérifier. Elle m’a parlé de ma mère, décédée d’un cancer de l’ovaire. Je ne sais pas quelle était sa motivation pour me dire ça, mais c’est exactement ce qui s’est passé. Elle m’a dit une fois ce qu’un prêtre portait même s’ils étaient à des centaines de kilomètres l’un de l’autre. J’ai obtenu une vérification grâce à mes observations personnelles, mais je parle souvent aux membres de la famille et aux prêtres, ainsi qu’aux personnes qui mènent les exorcismes, pour savoir ce qui s’est passé dans l’exorcisme.

 

Certaines des manifestations les plus dramatiques se produisent pendant les exorcismes. Je n’ai jamais vu de lévitation, mais une trentaine de personnes m’ont dit qu’elles avaient été témoins de lévitation. Julia a subi une lévitation, et il y avait huit ou neuf personnes à cet exorcisme. J’ai assisté à de nombreux exorcismes dans ma vie, même si je ne suis pas allé à celui-là. Ce sont des gens honnêtes qui essaient juste d’aider en faisant tout cela pro bono (mettant leurs compétences gratuitement). Ils m’ont juré qu’elle avait lévité pendant une demi-heure (Julia). Beaucoup de prêtres me l’ont dit. Un professeur renommé en Europe et ses assistants m’ont dit qu’ils avaient effectué un exorcisme, et la personne a lévité.

 

Cela devient une question de savoir quand commencer à croire les gens. 400 de ces exorcistes de « l’Association internationale » ont des histoires similaires. Je suis sûr qu’il y a beaucoup de ministres protestants en Amérique qui ont vu des phénomènes très étranges, à la fois pendant les exorcismes et en dehors des exorcismes. Vous les écoutez et vous décidez, comme toute autre chose. Mais c’est une question historique ; ce ne sera pas décidé par des tests de laboratoire ou des rayons X. Croyez-vous au témoignage ? Cela a-t-il du sens pour vous et pensez-vous que le témoignage est suffisamment solide ? Sinon, pourquoi le croiriez-vous ? Je ne l’aurais pas cru jusqu’à ce que j’aie eu beaucoup d’expérience avec elle.

 


 

Il APPARTIENT A CHACUN DE SE FORGER SA PROPRE OPINION

 


 

Source :

https://www.esquire.com/entertainment/books/a34226478/dr-richard-gallagher-demonic-possession-expert-isnt-trying-to-convince-you/

 

Article :

Adrienne Westenfeld, Rédactrice adjointe / Esquire (ESQ)

Traduction rapprochée : Aphadolie.com

 

Vidéo :

[1] Pourquoi l’esprit malveillant de Malignant pourrait vraiment exister – Ulyces / YouTube

[2] Unfiltered: ‘She was completely demonically possessed’ – Yahoo / YouTube

 

Photo :

Pour illustration

 

Livre :

« Demonic Foes : My Twenty-Five Years as a Psychiatrist Investigating Possessions, Diabolic Attacks, and the Paranormal » / Auteur : Richard Gallagher M.D / Editeur : HarperOne (novembre 2020)

 

Voir notamment :

Shadow People : Le Mystère de La Chose [Vidéo]

Paralysie du sommeil | The Nightmare : Shadow people – The Entity [Vidéo]

Des entités hostiles nous influencent et se nourrissent de nos émotions négatives

10 commentaires

  1. Sujet intéressant. Dans le Coran, il y a plusieurs versets concernant Iblis(Satan). Celui-ci coopte les gens à la foi faible ou inexistante. Il fait un pacte avec eux : obéir à ses insufflements et en contrepartie, il leur donne ce qu’ils désirent.
    « 61. Et lorsque Nous(Dieu) avons dit aux Anges : « Prosternez-vous devant Adam », ils se prosternèrent, à l’exception d’Iblis(Satan), qui dit : « Me prosternerai-je devant quelqu’un que tu as créé d’argile? « 62. Il dit encore : « Vois-Tu? Celui que Tu as honoré au-dessus de moi, si Tu me donnais du répit(délai) jusqu’au Jour de la Résurrection; j’éprouverai, certes sa descendance, excepté un petit nombre [parmi eux] ».63. Et [Dieu] dit : « Va-t-en! Quiconque d’entre eux te suivra… votre sanction sera l’Enfer, une ample rétribution.64. Excite, par ta voix, ceux d’entre eux que tu pourras, rassemble contre eux ta cavalerie et ton infanterie(les démons), associe-toi à eux dans leurs biens et leurs enfants et fais-leur des promesses ». Or, le Diable ne leur fait des promesses qu’en tromperie.65. Quant à Mes serviteurs, tu n’as aucun pouvoir sur eux ». Et ton Seigneur suffit pour les protéger! »(Coran 17:61-65)
    Je peux témoigner que mon neveu, qui n’était pratiquant, a été possédé suite à une injustice qu’il avait subie de la part de son chef. Quand l’imam l’exorcisait avec des versets du Coran et des prières, il se mettait en colère et ses yeux devenaient rouges et exorbitants. Il proférait des menaces et des injures tout en entrant en transe , puis il se calmait et devenait très gentil. Son exorcisme, qu’on appelle en Islam « rokia »,a duré plus de trois mois. Après cette douloureuse expérience, il a été licencié de son travail. Maintenant, il va bien.

    J'aime

      1. A vrai dire, je ne connais pas ce cas mais j’ai vu des films qui ont repris le sujet comme « L’avocat du diable » avec Christopher Reeve, « L’exorciste », etc…

        J'aime

      2. « L’exorciste » est un fait réel mais il s’agissait d’un petit garçon. Pour les droits d’auteurs, etc… Le producteur (ou scénariste) a dû opter pour une petite fille.

        Il y a également le ‘célèbre’ cas de Carla Moran. Un film fut produit en 1982 « L’Emprise ». https://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18646500.html?page=6

        J’avais effectué plusieurs recherches sur ce cas et j’avais réuni plusieurs sources dont certaines universitaires (Université d’Ucla à Los Angeles en Californie – Dr. Gaynor et le Dr. Taff)

        Aimé par 1 personne

  2. Merci pour ces informations. Je connais quelques cas réels qui se sont produits(sorcellerie, exorcisme, etc…) mais je ne les publie pas car ce sujet est considéré par certains tout au plus comme du paranormal, semblable au sujet traité par la série « Supranatural » que vous connaissez peut-être.

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.