A Troglobal, dans ce village troglodyte, ils expérimentent un autre mode de vie

Publié par

Time : 8 mn 12 / [1/1]

 

Ils sont forgerons, artistes, profs… Dans ce village troglodyte, une quarantaine de personnes vivent en collectivité. Ici, ils ont décidé d’expérimenter un autre mode de vie.

 


 

 

 

Une quarantaine de personnes y séjournent actuellement. Depuis 24 ans, Troglobal accueille des dizaines de jeunes en quête d’oasis.

 

Ce collectif fondé en 1997 s’est posé sur un hectare de terres criblées de caves, à Grézillé. Troglobal a été fondé par François Cotrel et Benoît Azar, deux amis qui voulaient créer un lieu pour vivre autrement. Dans le voisinage, toutes sortes de structures habitables : une yourte, un dôme en plaques métalliques, une sorte de tour…

 

A Troglobal, rien n’est imposé. On n’a pas à raconter son histoire. On peut choisir d’être seul ou avec les autres. On n’a pas de loyer à payer. Juste une contribution pour l’électricité, la connexion internet. Quant à la nourriture, une bonne partie est récupérée.

 

 

Un dortoir pour les visiteurs

Un dortoir accueille même les gens de passage. C’est aussi un pôle d’échanges de savoirs et de services. Grâce au nombre de métiers que possèdent les habitants : tailleur de pierre, couvreur, maçon, charpentier, menuisier, chaudronnier-soudeur, mécanicien. Sans oublier le travail du cuir, l’électronique et les multiples talents artistiques : sculpteur, musicien, cinéaste, vitrailliste, jongleur…

 


 

 

 

Lorsque PaKo et Zaz achètent le terrain condamné depuis longtemps à l’état d’abandon, ils ont une vision et une approche globales du lieu et de l’occupation multifonctionnelle et multispatiale qu’ils pourraient réaliser. Leur imagination les amène à cette pensée : c’est trop global… Et voilà pour la genèse du lieu et du nom.

 

Le concept repose sur « le droit de passage ». Les occupants des lieux sont pour la plupart des itinérants, des « nomades » dans le beau sens du terme (et il n’y en a qu’un seul). Vous êtes invités pour une durée indéterminée à rejoindre le groupe qui se compose d’une quarantaine d’âmes, dont une trentaine habitent dans les troglos reconstruits pierre après pierre. Les autres occupants vivent dans leurs caravanes aménagées. Vous participez, partagez, animez la vie de groupe, encadrée de quelques réunions hebdomadaires où sont traités divers sujets ou aspects de la vie de la communauté. Chacun apporte son obole à l’auberge espagnole qui abrite une cuisine foisonnante d’ustensiles à disposition de tous.

 

Comme dans toute société, les enfants sont scolarisés et éduqués par des parents exigeants chez qui la parole est de mise.

 

Le monde des adultes ressemble plus à l’organisation d’une ruche. Il y a l’atelier de poterie, la forge, l’atelier de taille de pierre, l’atelier de vitrail, le chantier de soutènement. La partie commune recèle le poumon numérique flanqué de batteries d’ordinateurs utilisables par tous, et qui permet de gérer le site : artglodyte.org.  Autant le lieu est créatif et porteur d’imagination, autant le site internet est rigoureusement organisé et sobre. Y est diffusée toute l’actualité des manifestations, des ateliers, des formations pratiquées et, au détour d’une page, la philosophie Troglobal « offre un panel d’activités en mouvement perpétuel »

 

Le lieu est une performance à lui tout seul. Rien n’y est jamais définitif. La poterie et la forge peuvent se déplacer dans l’espace, qui modifie ainsi petit à petit sa physionomie. Ici, la future poterie ; là, la prochaine aire de spectacle, en cours de restauration. Chacun peut y apporter sa pierre et signer sa présence par des sculptures taillées à même la roche.

 

 

 

 

Troglobal est un espace de projets dans lesquels tout le monde peut s’inscrire. Réaménagements de lieux évolutifs, mais aussi chantiers de réinsertion et de conversion, stages d’éco construction, notamment dans la taille de pierre que l’association Artglodyte se propose d’encadrer sous la conduite de Benoît Azar, tailleur de pierre confirmé.

 

Le village accueille donc des stagiaires qui aident à la restauration et qui peuvent être amenés à se réinsérer dans un secteur d’activité en plein essor. Troglobal, une pépinière de talents ? Toujours est-il que la démarche intéresse des organismes comme l’AFPA (association de formation pour adulte), le GRETA, les écoles nationales d’Architecture (Nantes, Paris…).

 

A Troglobal, on y parle avenir, on parle projets et… intégration du collectif dans la vie locale. Nous, les Trogs, on aime les gens qui s’expriment.

 

Il était une fois un village gaulois, tenu par des irréductibles, sensibles à l’écologie et à l’environnement, dont la seule volonté est d’exister dans un lieu qui a manifestement souffert et qui, de dépotoir oublié se voit promis à un brillant avenir troglo.

 

Troglobal restaure un lieu jusqu’alors digne de désintérêt, voué à l’état d’abandon, mais hors des sentiers battus et des PLU (Plan Local d’Urbanisme). Il doit faire face aux résistances locales et aux obstacles juridiques divers qui traversent la vie du village. La réglementation en ce qui concerne la restauration et la construction, comme le code de l’urbanisme posent problème :  l’administration fonctionne avec d’autres logiques et cherche à les faire respecter…

 

Heureusement, quelques agriculteurs voisins apportent leur soutien au Troglobal.

 

Patrick Edgard Rosa

 


 

Une petite société, un autre style de vie, plus utopique, où les maitres-mots sont… La Fraternité et Le Respect.

 


 

Source :

https://troglobal.wordpress.com/

https://www.troglonautes.com/le-village-Troglobal_a616.html

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/en-anjou-le-village-troglobal-cultive-la-fraternite-385675

 

Article :

Ouest-France

Patrick Edgard Rosa / Troglonautes

 

Vidéo :

[1] Pendant ce temps-là… – Dans ce village troglodyte, ils expérimentent un autre mode de vie – Brut / Facebook

 

Photo :

Pour illustration

 

Voir notamment :

Vivre en autonomie en France : C’est possible ! [Vidéo]

Australie : découvrez la ville souterraine de Coober Pedy [Vidéos]

Rainbow Crystal Land : une communauté alternative en Colombie [Vidéo]

2 commentaires

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.