Qui était la déesse égyptienne Isis ?

Publié par

 

Isis est l’une des déesses les plus populaires du panthéon égyptien. On ne sait rien d’elle pour les plus hautes époques. Elle semble apparaître à la fin de l’Ancien Empire aux alentours du 24ème siècle avant notre ère. Rusée, grande magicienne et épouse exemplaire, elle revivifie Osiris, son bien-aimé, après son assassinat et son démembrement ; mère aimante, elle élève son fils Horus et le protège des assauts de Seth. Le culte d’Isis est actif tout au long de l’histoire de l’Égypte antique et ne s’éteint qu’au cours des 5ème et 6ème siècles ; le dernier bastion de la croyance étant la région nubienne située autour du temple de Philæ.

 

 

« Mère divine » et épouse fidèle d’Osiris, Isis est l’une des divinités les plus populaires du panthéon égyptien. Protectrice des défunts, elle est adorée dès le IIIème millénaire dans l’Égypte ancienne, avant que son culte ne s’étende aux mondes grecs et romains

 

 

A quoi ressemblait la déesse Isis ?

Très tôt, les premières cosmogonies égyptiennes ont fait d’Isis et Osiris le couple fondateur de la civilisation. Avec leur fils Horus, ils sont les trois principales divinités du panthéon de la Basse-Égypte.

 

Les représentations de la déesse Isis sont aussi nombreuses que ses fonctions, celles-ci évoluant avec le temps. On peut la voir sous les traits d’une femme, portant sur sa tête soit un siège, hiéroglyphe de son nom égyptien « Aset », semblable à un escalier à trois marches ; soit deux cornes lyriformes enserrant le disque solaire. Cette deuxième représentation est due à son rapprochement avec la déesse de la maternité Hathor, souvent coiffée d’un disque solaire posée entre deux cornes de vache. On la représente encore en train de porter un ânkh, le symbole de vie égyptien, (car elle est capable de donner l’immortalité) ou bien assise, allaitant Horus enfant.

 

 

 

 

Fille du Ciel et de la Terre

Originaire de la ville de Bouto, dans les marais du delta du Nil, Isis apparait dans la seconde moitié du 3ème millénaire av. J.-C. Dans l’Égypte ancienne, entre 2.700 et 2.000 avant notre ère, sont gravés sur les parois des pyramides de Saqqarah, « les Textes des pyramides ». Ils sont les plus anciens textes religieux faisant mention de la déesse, dont le culte est d’abord mortuaire.

 

Vénérée pour sa ruse, sa ténacité et son intelligence, à la fois magicienne et déesse, Isis est l’un des cinq enfants de Nout, la voûte céleste, et de Geb, le dieu de la Terre. Dès le ventre de sa mère, elle aime furieusement son frère Osiris. C’est ce que raconte le philosophe grec Plutarque, à qui l’on doit la version la plus complète de la légende d’Isis et Osiris.

 

 

Osiris suscite la jalousie de Seth

Osiris, frère et époux d’Isis, est un être parfait mesurant 4 mètres 50 et dont les membres sont en lapis-lazuli. En régnant sur les hommes avec Isis, il les sort de leur animalité et apporte civilisation et fertilité à l’Égypte.

 

Son rayonnement suscite la jalousie de son frère Seth. Roux, stérile, craint par les Égyptiens, celui-ci n’a pas reçu les mêmes talents qu’Osiris. Il fomente alors un complot pour destituer son frère et monter sur le trône à sa place.

 

Lors d’un banquet, Seth réunit des conjurés et place au centre de la pièce un sarcophage. Chacun s’y étend comme s’il s’agissait d’un jeu. Mais lorsqu’arrive le tour d’Osiris, Seth ferme le sarcophage et le plombe, enfermant son frère… à jamais ?

 

 

Isis reconstitue le corps d’Osiris

Le sarcophage est jeté dans le Nil, dérive jusqu’à la mer et arrive au rivage de Byblos, en Phénicie, où il donne naissance à un arbre extraordinaire, un tamaris. Isis, s’étant transformée en oiseau pour parcourir la Terre à la recherche de son époux, parvient à le retrouver. Elle le ramène en Égypte et le cache dans les marais du Nil. Mais c’était sans compter sur Seth, qui découvre le sarcophage une nuit de pleine lune et le découpe en morceaux, 14 ou 42 selon les versions du mythe, qu’il disperse à travers le monde.

 

Avec l’aide de sa sœur Nephtys, Isis réussit à reconstituer le puzzle. Avec Anubis, le protecteur des morts, elle ramène Osiris à la vie en le momifiant, faisant d’Osiris la première momie de l’Histoire. De dieu des vivants, celui-ci passe à dieu des morts, après avoir donné naissance à un fils, Horus. Épouse fidèle et mère dévouée, Isis se consacre à l’éducation de son fils, qui bannira Seth pour rétablir l’ordre dans le monde.

 

 

Isis chez les Grecs

Petit à petit, grâce aux différentes conquêtes, le culte d’Isis va s’étendre au-delà des frontières de l’Égypte et atteindre le monde grec. À partir du 7ème siècle av. J.-C., les Grecs de la Basse-Égypte assimilent Isis à la déesse Déméter, elle aussi déesse-mère. Au 5ème siècle av. J.-C., Hérodote reprend cette comparaison dans ses « Histoires ». Un décret athénien de 333 av. J.-C., un an avant l’annexion de l’Égypte par Alexandre le Grand, fait mention d’un temple d’Isis en Grèce.

 

Quand il arrive en Égypte, Alexandre ne censure par la religion locale, mais il l’adopte, procédant ainsi à un syncrétisme religieux. À sa mort en 323 av. J.-C., l’un de ses généraux, Ptolémée Ier Sôter, prend le contrôle de l’Égypte et maintient la tolérance religieuse. La dynastie ptolémaïque à laquelle il donne naissance poursuit ce processus d’unification des populations à travers la foi religieuse.

 

Parmi les différentes formes que prend alors Isis, on trouve celle d’Io, une jeune fille aimée par Zeus, que celui-ci aurait transformée en génisse blanche pour la soustraire à la jalousie d’Héra.

 

 

Isis chez les Romains

Isis est ensuite introduite à Rome à l’époque du général Sylla, au Ier siècle av. J.-C… Elle est assimilée à la déesse Fortuna de Praeneste, déesse de l’amour et de la fécondité. C’est l’empereur Caligula qui décidera de lui faire construire un temple sur le Champ de Mars, avant qu’on en voie un peu partout en Gaule, en Espagne, sur le Rhin et le Danube. Au deuxième siècle de notre ère, l’écrivain romain Apulée va même jusqu’à la qualifier de « mère des étoiles, parente des saisons et maîtresse du monde entier. »

 

Le culte d’Isis a ainsi été récupéré dans le monde gréco-romain et la déesse égyptienne fut assimilée à de très nombreuses déesses, comme Déméter, Perséphone, Séléné, Cérès ou encore Minerve. Son culte s’est éteint au VIe siècle après J.-C., avec l’avènement du christianisme. La Vierge Marie l’a remplacée dans son rôle de mère divine et déesse universelle.

 


 

Bonus…

Time : 51 mn 27 / [1/1]

 

France Culture, émission « Les Racines du Ciel » par Frédéric Lenoir, émission du avec Florence Quentin. Egyptologue, journaliste, rédactrice en chef du magazine Ultreïa, elle collabore régulièrement au Monde des religions et a notamment publié « Isis l’Eternelle » aux éditions Albin Michel.

 


 

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Isis

https://www.geo.fr/histoire/qui-etait-la-deesse-egyptienne-isis-207323

 

Article :

Charlotte Chaulin / GEO

 

Vidéo :

[1] Florence Quentin : « Isis l’Eternelle » [Les Racines du Ciel] – Résonance[s] / YouTube

 

Photo :

Pour illustration

Un commentaire

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.