Les légendes du cinéma : Sidney Poitier

Publié par

 

Sidney Poitier (1927-2022)

 

 

Sidney Poitier est né le 20 février 1927 à Miami, en Floride. Il naît lors d’un voyage de sa mère à Miami en Floride, dans le quartier de Coconut Grove.

 

Il était le plus jeune des sept enfants d’Evelyn (née Outten) et de Reginald James Poitier, des fermiers des Bahamas qui possédaient une ferme sur l’île du Chat (Cat Island). La famille se rendait à Miami pour vendre des tomates et d’autres produits. Son père travaillait également comme chauffeur de taxi à Nassau.

 

Sidney Poitier grandit aux Bahamas dans le village de ses parents sur l’île du Chat (Cat Island).

 

Le patronyme de Poitier, d’origine française, fut introduit en Angleterre au 11ème siècle durant la conquête normande. Quelques siècles plus tard, au début des années 1800, un descendant de la lignée Charles Leonard Poitier, s’installe à l’île Cat, aux Bahamas, comme planteur. À son décès en 1834, son épouse hérite de 86 esclaves, qui portent tous, comme le voulait la coutume, le patronyme de leur maître. Parmi eux se trouve l’un des ancêtres de Sidney Poitier.

 

À quinze ans, son père l’envoie à Miami pour vivre avec la famille de son frère et tenter sa chance aux États-Unis.

 

À seize ans, il a déménagé à New York et a occupé une série d’emplois. Passionné de cinéma, il devient élève du prestigieux Actors Studio, dont il paie les cours en y étant concierge.

 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, en novembre 1943, il a menti sur son âge et s’est enrôlé dans l’armée. Il a été affecté à un hôpital de l’administration des anciens combattants à Northport, New York, et a été formé pour travailler avec des patients psychiatriques. Poitier s’est fâché contre la façon dont l’hôpital traitait ses patients et a feint la maladie mentale pour obtenir une décharge. Sidney Poitier a avoué à un psychiatre qu’il simulait son état, mais le médecin était sympathique et a accordé sa libération en vertu de la section VIII du règlement de l’armée 615-360 en décembre 1944.

 

Après avoir quitté l’armée, il a travaillé comme plongeur, machiniste… Très jeune, Sidney Poitier suit gratuitement des cours de comédie à l’American Negro Theater. En échange de ses services de machiniste, une audition réussie lui ait valu un rôle dans une production du même théâtre ; mais il fut rejeté par le public.

 

Contrairement à ce que l’on attend des acteurs noirs à l’époque, la surdité sonore de Poitier le rend incapable de chanter. Déterminé à affiner ses talents d’acteur et à se débarrasser de son accent bahamien notable, il a passé les six mois suivants à se consacrer à la réussite théâtrale. Il a modelé son discours légendaire sur la personnalité de la radio Norman Brokenshire. Lors de sa deuxième tentative au théâtre, il est remarqué et obtient un rôle principal dans la production de Broadway de Lysistrata, pour laquelle, bien qu’il ait duré quatre jours, échouant, il a reçu une invitation pour la doublure d’Anna Lucasta.

 

En 1947, Sidney Poitier était un membre fondateur pour « The Committee for the Negro in the Art » (Le Comité pour le nègre dans l’art), une organisation dont les participants étaient engagés dans l’analyse de l’exploitation des classes et du racisme.

 

À la fin de l’année 1949, Sidney Poitier doit choisir entre des rôles principaux sur scène et une offre de travailler pour le producteur Darryl F. Zanuck dans le film « No Way Out » (La porte s’ouvre) de Joseph L. Mankiewicz (1950) ; film qui aborde le thème du racisme. Pour obtenir ce rôle, il ment au réalisateur Joseph L. Mankiewicz sur son âge, lui disant qu’il a 27 ans, alors qu’il avait en réalité 22. Ce film lui permet de décrocher plusieurs rôles par la suite.

 

Le comédien débute sa carrière sur les planches de Broadway.

 

Après le refus de plusieurs rôles dégradants, il acquiert un rôle qu’il jouera souvent : l’homme de tête. Ainsi il s’illustre entre autres dans « Blackboard Jungle » (1955), « île Vierge » (1958), « Un raisin sec au soleil » (1961), « Le Lys des champs » (1963), « Les anges aux poings serrés » (1967), « Dans la chaleur de la nuit » (1967) et « Devine qui vient dîner ? » (1967), film traitant du mariage mixte, thème controversé à l’époque. Dans le film « Aux postes de combat » en 1965, il connaît pour la première fois un rôle où la race de son personnage n’est pas un problème. A partir de 1972, l’acteur oscarisé débute la réalisation avec « Buck et son complice ». En 1980, son film « Faut s’faire la malle » fut le film le plus rentable réalisé par un noir, rattrapé ensuite en 2000 par « Scary movie » de Keenen Ivory Wayans.

 


 

Time : 1 mn 31 / [1/2]

 

Bande-Annonce : « Dans la chaleur de la nuit » (In the Heat of the Night) de Norman Jewison avec Sidney Poitier (1967).

 

En vedette son personnage le plus réussi, Virgil Tibbs, un détective de Philadelphie.

 


 

Sidney Poitier dans « La Chaîne » avec Tony Curtis

En 1958, Sidney Poitier monte en popularité grâce à son rôle dans le film « La Chaîne ». Film dramatique américain réalisé par Stanley Kramer, c’est l’acteur Tony Curtis qui demande que l’acteur soit son partenaire. Le film suit deux prisonniers enchaînés l’un à l’autre qui s’évadent lorsque leur véhicule qui les transfère à une nouvelle prison a un accident. Ils tentent par tous les moyens de se libérer de cette chaîne à travers un périple où ils apprennent à se connaître, effaçant leur haine raciale commune. Pour son rôle de Noah Cullen, Poitier reçoit un Ours d’Argent et un Bafta de meilleur acteur. Il est également nommé à l’Oscar du meilleur acteur.

 

 

Sidney Poitier : premier acteur noir recevant l’Oscar

En 1963, Sidney Poitier a le rôle principal dans le film de Ralph Nelson : « Le Lys des champs ». Il joue Homer Smith, un nomade qui aide des nonnes à construire une chapelle. L’année suivante, il reçoit grâce à ce film l’Oscar du meilleur acteur, devenant le premier acteur noir à l’obtenir.

 

 

Distinctions

Sidney Poitier reçoit pour son rôle dans le film « La Chaîne » un Ours d’argent du meilleur acteur en 1958 et un Bafta du meilleur acteur en 1959. Le film « Le Lys des champs » marque sa consécration, puisqu’il obtient un Ours d’argent du meilleur acteur en 1963, un Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique en 1964 et l’Oscar du meilleur acteur dans une comédie dramatique en 1964. En 1967, il reçoit un Golden Apple Award en tant que star masculine de l’année. Au Festival international du film de Saint-Sébastien de 1968, il gagne le prix du meilleur acteur pour « For love of Ivy ». Il reçoit une récompense de meilleur acteur des Fotogramas de Plata pour le film « Devine qui vient diner ? » en 1969. Il est élu meilleur réalisateur d’une comédie d’action aux Image Awards en 1976 pour son film « Let’s Do It Again ». En 1982, il reçoit le Cecil B. DeMille Award des Golden Globes. Il obtient ensuite des récompenses pour l’ensemble de sa carrière : un National Board of Review en 1994, un Screen Actors Guild Award en 1998, un American Film Institute et un Oscar d’honneur en 2002, un Cunard Britannia Award pour sa contribution au monde du cinéma en 2006 et un Gala Tribute du Film Society of Lincoln Center en 2011. Enfin, en 2000, il reçoit le prix du meilleur acteur dans un téléfilm ou une mini-série pour « L’Affaire Noah Dearborn » et un Hall of Fame en 2001, par Image Awards.

 

Sidney Poitier a joué au cours de sa carrière dans une cinquantaine de films et en a réalisé une dizaine.

 


 

Time : 1 mn 53 / [2/2]

 


 

Possédant la double nationalité Bahamas/Etats-Unis, l’acteur est nommé ambassadeur des Bahamas au Japon en 1997 et aussi ambassadeur des Bahamas auprès de l’UNESCO. Il a milité pour les droits civiques américains et reçoit, de la part du président américain Barack Obama, la médaille présidentielle de la Liberté, la plus haute distinction civile américaine, en août 2009. Il est fait Chevalier commandeur de l’ordre de l’Empire britannique en 1974. A l’époque, les Bahamas, membres du Commonwealth, étaient encore une colonie britannique. Par cet honneur, il obtient le titre et le prédicat de « Sir ».

 

Sidney Poitier a été marié à Juanita Hardy, une danseuse, de 1950 à 1955. Le 23 janvier 1976, il se marie à l’actrice Joanna Shimkus. Ils ont deux filles, dont Sydney Tamiia Poitier (Actrice).

 

 

Quelques-unes de ses citations :

« La grande maladie de l’humanité est l’ignorance. »

 

« Je n’ai jamais eu l’occasion de me questionner sur ma couleur, par conséquent, je me suis vu telle que j’étais… un être humain. »

 

« Je sens intérieurement que je suis une personne ordinaire qui a eu une vie extraordinaire. »

 

« Si on se souvient de moi pour avoir fait quelques bonnes choses et si ma présence ici a suscité de bonnes énergies, c’est largement suffisant. »

 

« Être acteur, n’est pas un jeu de « faire semblant ». C’est un exercice pour être réel. »

 

« Je sais que je suis responsable non pas de ce qui se passe, mais de ce que j’en fais. »

 

 

À sa mort, de nombreuses déclarations publiées honorant Sidney Poitier, y compris le président Joe Biden qui a écrit en partie : « Avec une grandeur et un équilibre sans faille – sa chaleur, sa profondeur et sa stature singulières à l’écran – Sidney a aidé à ouvrir le cœur de millions de personnes et a changé la façon dont l’Amérique se voyait. »

 

L’ancien président Barack Obama a rendu hommage à Poitier en le qualifiant de « talent singulier qui incarnait la dignité et la grâce ».

 

« Il était vraiment mon frère et mon partenaire pour essayer de rendre ce monde un peu meilleur. Il a certainement rendu le mien bien meilleur. », Chester Cooper, le vice-Premier ministre des Bahamas (où Poitier a grandi), a également déclaré dans un communiqué à l’époque qu’il était « en conflit avec une grande tristesse et un sentiment de fête » lorsqu’il a appris la mort de Poitier. « Tristesse qu’il ne soit plus là pour lui dire à quel point il compte pour nous, mais célébration qu’il a tant fait pour montrer au monde que ceux des débuts les plus humbles peuvent changer le monde et que nous lui avons offert ses fleurs alors qu’il était avec nous », indique le communiqué.

 

Michelle Obama, Bill Clinton, Hillary Clinton ont également publié des déclarations.

 

De nombreux acteurs de l’industrie du divertissement ont également rendu hommage à Poitier, notamment Martin Scorsese qui a écrit : « Pendant des années, les projecteurs ont été braqués sur Sidney Poitier. Il avait une précision vocale, une puissance et une grâce physiques qui semblaient parfois presque surnaturelles. »

 

Denzel Washington a écrit : « Ce fut un privilège d’appeler Sidney Poitier mon ami. C’était un homme doux et il nous a tous ouvert des portes qui étaient fermées depuis des années. »

 

« Pendant plus de 80 ans, Sidney et moi avons ri, pleuré et fait autant de bêtises que nous le pouvions », a déclaré l’ami et collègue acteur de Poitier, Harry Belafonte, dans un communiqué à l’époque.

 

Oprah Winfrey, une amie de longue date de Poitier, a également réagi à sa mort dans une déclaration à Oprah Daily : « Pour moi, le plus grand des ‘Grands Arbres’ est tombé : Sidney Poitier. Mon honneur de l’avoir aimé en tant que mentor. Ami. Frère. Confident. Professeur de sagesse. La plus grande considération et louange pour sa vie la plus magnifique, la plus gracieuse et la plus éloquente. Je l’ai chéri. Je l’ai adoré. Il avait une âme énorme que je chérirai à jamais. Bénédictions à Joanna et à son monde de belles filles. », a-t-elle déclaré.

 

Morgan Freeman, Viola Davis, Whoopi Goldberg, Lupita Nyong’o, Halle Berry, Ava DuVernay, Octavia Spencer, Jeffrey Wright, Giancarlo Esposito, Quincy Jones et Ron Howard ont également rendu hommage.

 

Poitier est décédé de « causes naturelles » et était « malade depuis un certain temps », selon une déclaration à Forbes de Clint Watson, attaché de presse du Premier ministre des Bahamas. Aucune autre cause de décès n’a été confirmée.

 

Sidney Poitier est décédé à son domicile de Los Angeles dans la soirée du 6 janvier 2022. Il avait 94 ans.

 


 

Sidney Poitier (1927-2022)

 


 

Projecteur - GIF

 


 

Source :

https://www.imdb.com/name/nm0001627/

https://en.wikipedia.org/wiki/Sidney_Poitier

https://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-6723/biographie/

 

Vidéo :

[1] Dans La Chaleur De La Nuit de Norman Jewison avec Sidney Poitier (Bande-Annonce) – SolarisDistribution / YouTube

[2] 1964 : Sidney Poitier « Je ne veux pas de rôles limités à ma couleur » | Archive INA – INA Stars / Youtube

 

Photo :

Pour illustration

Un commentaire