L’histoire de l’Europe et de ses populations cartographiées année par année

Publié par

Time : 11 mn 44 / [1/2]

 

Cette vidéo présente les frontières et les populations de chaque pays en Europe, année par année depuis 400 avant av. J.-C.

 

Les populations des états vassaux et colonies ne sont pas incluses dans cette vidéo.

 


 

L’histoire de l’Europe est d’une complexité à couper le souffle. Bien qu’il existe de rares exceptions comme Andorre et le Portugal, qui ont eu des frontières remarquablement statiques pendant des centaines d’années, la juridiction sur des parties de la masse continentale a changé de mains d’innombrables fois.

 

La vidéo d’aujourd’hui nous vient de la chaîne YouTube « Cottereau » et montre l’évolution des frontières de la carte européenne à partir de 400 av. J.-C. Les empires montent et tombent, les invasions balayent le continent et les pays modernes commencent lentement à prendre forme (avec en prime un instrumental extrêmement dramatique).

 

Vous trouverez ci-dessous neuf faits saillants et catalyseurs qui ont déplacé les lignes de démarcation de la carte européenne :

 

 

146 avant JC – Une année de conquête

146 av. J.-C. fut une année de conquête et d’expansion pour la République romaine. La chute de Carthage a laissé les Romains contrôler le territoire en Afrique du Nord, et le pillage et la destruction de la cité-état grecque de Corinthe ont également lancé une ère d’influence romaine dans cette région. Ces victoires décisives ont ouvert la voie à la domination éventuelle de l’Empire romain sur la Méditerranée.

 

 

117 après JC – Pic de l’Empire romain

L’apogée de l’Empire romain est l’un des moments les plus dramatiques représentés sur cette carte européenne animée. À son apogée, sous Trajan, l’Empire romain était un colossal 4 402 979 kilomètre carré (km2) [1,7 million de miles carrés], tout un exploit à une époque sans véhicules motorisés et sans outils de communication modernes. Cet énorme empire est resté pratiquement intact jusqu’en 395, date à laquelle il a été irrémédiablement divisé en régions orientale et occidentale.

 

 

370 après JC – L’arrivée des Huns

Stimulés par de graves conditions de sécheresse en Asie centrale, les Huns atteignirent l’Europe et trouvèrent un empire romain affaibli par la dépréciation de la monnaie, l’instabilité économique, les dépenses excessives et les incursions croissantes de rivaux le long de ses frontières.

 

Les Huns ont mené leur première attaque contre l’Empire romain d’Orient en 395, mais ce n’est qu’un demi-siècle plus tard, sous la direction d‘Attila le Hun, que des hordes se sont enfoncées plus profondément en Europe, pillant et rasant des villes en cours de route. Les Romains se vengeront plus tard en attaquant les Goths et les Huns qui se querellaient, faisant rebondir ces derniers hors d’Europe centrale.

 

 

1241 – L’invasion mongole de l’Europe

Au milieu du 13ème siècle, la « Horde d’or » dirigée par les petits-fils de Gengis Khan, a envahi la Russie et l’Europe de l’Est, saccageant des villes en cours de route. Face à l’invasion des formidables forces mongoles, les princes d’Europe centrale ont temporairement mis leurs conflits régionaux de côté pour défendre leur territoire. Bien que les Mongols aient été lentement poussés vers l’est, ils occupaient une place importante aux marges de l’Europe jusqu’au 16ème siècle environ.

 

 

1362 – Lituanie

Aujourd’hui, la Lituanie est l’un des plus petits pays d’Europe, mais à son apogée au moyen-âge, c’était l’un des plus grands États du continent. Un moment charnière pour la Lituanie est survenu après une victoire décisive à la « Bataille des Eaux-Bleues ». Cette victoire étouffa l’expansion de la « Horde d’Or » et fit entrer l’actuelle Ukraine dans sa sphère d’influence.

 

 

1648 – Kleinstaaterei

La fin du Saint Empire romain germanique met en évidence l’extrême fragmentation territoriale de l’Allemagne et des régions voisines, à une époque dite Kleinstaaterei [1].

 

Même si des États-nations cohérents se formaient autour de lui, le Saint Empire romain germanique et ses vestiges ne fusionneraient pas tant que l’Allemagne ne se serait pas relevée des décombres de la guerre franco-prussienne en 1871. L’unification a contribué à positionner l’Allemagne comme une puissance majeure et, en 1900, le pays avait la plus grande économie d’Europe.

 

 

1919 – L’Empire ottoman

L’Empire ottoman – un incontournable en Europe de l’Est depuis des centaines d’années – était dans ses années de déclin au début du 20ème siècle. L’empire avait cédé du territoire dans deux guerres coûteuses avec l’Italie et les États des Balkans, et au moment où la poussière s’est dissipée pendant la Première Guerre mondiale, les frontières de la nouvelle nation de Turquie ont commencé à l’extrémité la plus éloignée de l’Europe continentale.

 

 

1942 – Expansion et contraction de l’Allemagne

À l’extrême limite du territoire de l’Axe pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne et l’Italie contrôlaient une vaste partie de l’Europe continentale. La carte ci-dessous montre les terres occupées et les zones d’influence au plus fort de l’expansion territoriale de l’Allemagne.

 

Après la guerre, l’Allemagne s’est à nouveau fragmentée en zones d’occupation, cette fois sous la tutelle des États-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne et de l’Union soviétique. L’Allemagne ne serait pas rétablie avant 1990, lorsqu’une Union soviétique affaiblie a relâché son emprise sur l’Allemagne de l’Est.

 

 

1991 – Dissolution soviétique

Dans les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, les frontières politiques de la carte européenne sont restées relativement stables, c’est-à-dire jusqu’à la dissolution de l’Union soviétique en 1991. Presque du jour au lendemain, toute la frontière occidentale du pays s’est scindée en nations indépendantes. Lorsque la poussière est retombée, il y avait 15 républiques séparatistes, dont six en Europe.

 


 

Bonus…

Time : 14 mn 06 / [2/2]

 

Voici une histoire de l’Europe comme vous ne l’avez jamais vue : on retrace toutes les phases de migration qui ont touché le continent en combinant les données de la linguistique et de la génétique…

 


 

 


 

Source :

https://www.visualcapitalist.com/2400-years-of-european-history/?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=SocialWarfare

 

Article :

Nick Routley / Visual Capitalist

Traduction rapprochée : Aphadolie.com

 

Note : 

[1] La Kleinstaaterei est un concept historique utilisé pour décrire — souvent péjorativement — le morcellement du Saint-Empire romain germanique à partir du 15ème siècle en plusieurs centaines de petits États et principautés indépendants, imbriqués les uns dans les autres, parfois à peine plus grands qu’une ville.

 

Vidéo :

[1] L’histoire de l’Europe : année par année – Cottereau / YouTube

[2] L’identité européenne: une histoire de gènes? – HerodoteVideos / YouTube

 

Photo :

Pour illustration

3 commentaires

  1. Super article Eric merci!!! Et oui… chacun serait surpris s’il faisait un test sur ses gènes! Rien que du côté de ma mère et ses frères et soeurs (8), ça va du blond au yeux au brun yeux noirs teint mate!! J’ai eu la chance de découvrir Dubrovnick et la Yougoslavie juste avant l’invasion américo-otanesque et je fût très surprise par sa langue slave qui se rapproche du portugais car je comprenais certains mots!

    J’aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.