Des documents confidentiels de Pfizer révèlent que le vaccin Covid-19 s’accumule dans les ovaires. Les cas de cancer ovarien n’ont jamais été aussi nombreux au Royaume-Uni

Publié par

 

La Food and Drug Administration (FDA) américaine a été contrainte par décision de justice de publier tous les documents confidentiels qui lui ont été envoyés par Pfizer concernant l’autorisation d’utilisation d’urgence de l’injection Pfizer Covid-19. La dernière série de documents a été publiée le 1er mars 22, et l’un des documents confirme que l’injection Pfizer Covid-19 s’accumule dans les ovaires au fil du temps.

 

 

 

 

Quelles sont les conséquences de cela ?

Les données officielles du Royaume-Uni montrent que les cas de cancer de l’ovaire en 2021 n’ont jamais été aussi nombreux et que l’organisme britannique de réglementation des médicaments a reçu plus de 40 000 rapports relatifs à des troubles de la reproduction et des menstruations suspectés d’être des effets indésirables des injections de Covid-19 rien qu’en 2021.

 

L’étude, qui figure dans la longue liste de documents confidentiels de Pfizer que la FDA a été contrainte de publier par décision de justice ici, a été réalisée sur des rats Wistar Han, dont 21 femelles et 21 mâles.

 

Chaque rat a reçu une seule dose intramusculaire de l’injection Pfizer Covid-19, puis le contenu et la concentration de la radioactivité totale dans le sang, le plasma et les tissus ont été déterminés à des points prédéfinis après l’administration.

 

En d’autres termes, les scientifiques chargés de l’étude ont mesuré la quantité de l’injection de Covid-19 qui s’est répandue dans d’autres parties du corps, comme la peau, le foie, la rate, le cœur, etc.

 

 

Source : https://phmpt.org/wp-content/uploads/2022/03/125742_S1_M4_4223_185350.pdf

 

 

Mais l’un des résultats les plus inquiétants de l’étude est le fait que l’injection Pfizer s’accumule dans les ovaires au fil du temps.

 

Un « ovaire » est l’une des deux glandes féminines dans lesquelles se forment les ovules et où sont fabriquées les hormones féminines que sont les œstrogènes et la progestérone.

 

Dans les 15 premières minutes suivant l’injection de la piqûre Pfizer, les chercheurs ont constaté que la concentration totale de lipides dans les ovaires était de 0,104 ml. Ce chiffre est ensuite passé à 1,34 ml après 1 heure, 2,34 ml après 4 heures, puis 12,3 ml après 48 heures.

 

 

Source : https://phmpt.org/wp-content/uploads/2022/03/125742_S1_M4_4223_185350.pdf

 

 

Source : https://phmpt.org/wp-content/uploads/2022/03/125742_S1_M4_4223_185350.pdf

 

 

Les scientifiques n’ont toutefois pas mené d’autres recherches sur l’accumulation après une période de 48 heures, de sorte que nous ne savons tout simplement pas si cette accumulation inquiétante s’est poursuivie.

 

Mais les données officielles britanniques publiées par Public Health Scotland offrent quelques indices inquiétants quant aux conséquences de cette accumulation sur les ovaires.

 

Public Health Scotland (PHS) dispose d’un tableau de bord complet sur les impacts plus larges de Covid-19 sur le système de soins de santé, que l’on peut trouver ici, et qui comprend toute une série de données allant des statistiques sur la santé mentale aux grossesses, en passant par les données sur les troubles cardiovasculaires et le cancer.

 

Les données disponibles pour tous les types de cancers montrent que le nombre total d’individus souffrant d’un cancer en 2021 était conforme à la moyenne 2017-2019, mais supérieur aux chiffres enregistrés en 2020.

 

 

Tous les cancers – Source : https://scotland.shinyapps.io/phs-covid-wider-impact/

 

 

Malheureusement, les données ont un énorme retard et, en mars 2022, elles ne couvrent que la période allant jusqu’à juin 2021.

 

Toutefois, les données relatives au nombre d’individus souffrant d’un cancer de l’ovaire montrent que la tendance connue en 2021 était nettement supérieure à celle de 2020 et à la moyenne 2017-2019.

 

 

Cancer des ovaires – Source : https://scotland.shinyapps.io/phs-covid-wider-impact/

 

 

En plus de cela, nous disposons également d’autres données officielles du Royaume-Uni qui montrent que près de 40 000 incidents de changements de règles et de saignements vaginaux inattendus ont été signalés au système de carte jaune de la MHRA en tant qu’effets indésirables de toutes les injections de Covid-19 disponibles à partir de novembre 2021.

 

Jusqu’au 17 novembre 21, l’organisme britannique de réglementation des médicaments, la MHRA, avait reçu :

    • 1 724 rapports de troubles menstruels.
    • 3 034 rapports d’irrégularités menstruelles.
    • 5 068 rapports de saignements menstruels abondants.

 

…parmi des milliers d’autres troubles de la reproduction, comme effets indésirables présumés du vaccin Pfizer Covid-19.

 

 

Source : https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/1036445/COVID-19_mRNA_Pfizer-BioNTech_Vaccine_Analysis_Print_DLP_17.11.2021.pdf

 

 

En septembre 2021, le Dr Victoria Male, maître de conférences en immunologie reproductive à l’Imperial College de Londres, a publié un article dans le British Medical Journal dans lequel elle affirme qu’un lien entre les changements menstruels et la vaccination Covid-19 est parfaitement plausible et devrait être étudié.

 

 

Source : https://www.bmj.com/content/374/bmj.n2211

 

 

Le Dr Victoria Male conclut dans son article que :

« Une leçon importante est que les effets des interventions médicales sur les menstruations ne devraient pas être une réflexion après coup dans les recherches futures. »

 

« Les essais cliniques constituent le cadre idéal pour différencier les changements menstruels causés par les interventions de ceux qui se produisent de toute façon, mais il est peu probable que les participants signalent des changements dans leurs règles, à moins qu’on ne leur demande expressément. »

 

« Les informations sur les cycles menstruels et autres saignements vaginaux devraient être activement sollicitées dans les futurs essais cliniques, y compris les essais de vaccins contre le covid-19. »

 

Mais ce qui est peut-être plus intéressant que l’article lui-même, ce sont certaines des réponses qui ont été reçues à son sujet.

 

 

Source : https://www.bmj.com/content/374/bmj.n2211/rr-2

 

 

Il est bien sûr impossible de conclure de manière définitive que les injections de Covid-19 sont responsables de l’augmentation du nombre de cancers de l’ovaire.

 

Mais avec :

  • Des documents confidentiels de Pfizer montrant que le vaccin Covid-19 s’accumule dans les ovaires au fil du temps.

 

  • Et plus de 40 000 troubles menstruels rapportés comme effets indésirables des injections de Covid-19.

 

 

Il est tout à fait clair que les injections de Covid-19 interfèrent avec le système reproductif et que des études et investigations supplémentaires doivent être menées avec effet immédiat.

 


 

Source :

https://www.actuintel.com/2022/03/11/des-documents-confidentiels-de-pfizer-revelent-que-le-vaccin-covid-19-saccumule-dans-les-ovaires-les-cas-de-cancer-ovarien-nont-jamais-ete-aussi-nombreux-au-royaume-uni/

 

Article :

Actuintel

 

Référence :

https://phmpt.org/pfizers-documents/

https://phmpt.org/wp-content/uploads/2022/03/125742_S1_M4_4223_185350.pdf

 

Photo :

Pour illustration

6 commentaires

  1. A reblogué ceci sur Vincenza63's Bloget a ajouté:

    Amici miei,
    sono sempre più preoccupata…
    E ora, con la guerra in Ucraina, di covid si parla sempre meno…
    Voi che ne pensate?
    Ringrazio l’amico APHADOLIE per il suo impegno divulgativo.
    Un abbraccio a tutti, sempre Vicky!

    J’aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.