Pérou | Chankillo : construit par une civilisation relativement méconnue, c’est le plus ancien observatoire solaire des Amériques

Publié par

Time : 7 mn 13 / [1/2]

 


 

Synopsis vidéo [Traduction rapprochée] :

Au Pérou, là où la terre descend vers le Pacifique, au milieu des sables du désert, se dressent les ruines d’un ancien observatoire solaire d’une grande antiquité. C’est une relique d’une civilisation mystérieuse et très avancée capable d’ériger d’énormes pyramides, de sculpter d’énormes colosses en pierre et d’une société complexe. Ils ont commencé leur année où la constellation des Pléiades fut observée au-dessus de l’horizon.

 

Chankillo est un monumental ancien complexe situé dans le désert côtier péruvien. Il s’étend sur une surface incroyable de 5.000 hectares. Les caractéristiques les plus importantes sont un grand fort au sommet d’une colline et une série de 13 tours qui bordent une crête à proximité, ce qui les fait ressembler un peu à l’épine dorsale d’une créature oubliée depuis longtemps. On pense qu’il a au moins 2.300 ans.

 

Pendant de nombreuses années, sa fonction est restée un mystère. Puis, dans les années 1940, Thor Heyerdahl a proposé dans son livre Kon-Tiki qu’il avait une fonction astronomique. Cela a bien sûr été ignoré pendant 67 années lorsque deux archéologues ont avancé une théorie selon laquelle les tours ont été érigées afin de créer un calendrier incroyablement précis.

 


 

Vue aérienne

 

 

Les ruines de cet ancien observatoire solaire trônent au sommet d’une petite colline, à 400 kilomètres de Lima, la capitale du Pérou. Les affres du temps n’ont pas totalement détruit le site archéologique de Chanquillo (ou Chankillo pour les anglophones). Les treize tours de l’observatoire suivent ainsi toujours la course du Soleil et indiquent la période de l’année à quelques jours près. Il s’agit donc d’un calendrier de grande ampleur érigé par une civilisation précolombienne.

 

 

L’observatoire solaire utilisé comme lieu de culte

Témoignant d’un culte du Soleil très sophistiqué, c’est également l’observatoire le plus vieux d’Amérique. Construit aux alentours de 400 av. J.-C., il aurait été conçu par le peuple Casma-Sechin, une civilisation d’Amérique du Sud disparue depuis longtemps. En comparaison, les Incas, pour qui la place de notre étoile était prédominante dans leur culture, apparurent pendant le 13ème siècle. De ce fait, la société Casma-Sechin fut précurseur en matière d’observation du cycle du Soleil, astre qu’elle déifiait.

 

« Chankillo a été construit environ 1700 ans avant que les Incas ne commencent leur expansion. Maintenant, nous savons que ces pratiques sont un peu plus anciennes et étaient très développées à l’époque de Chankillo », témoigne Ivan Ghezzi de l’Université catholique pontificale du Pérou, rédacteur d’un article publié en 2007 sur le site Science.

 

 

Entré au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2021, l’édifice archéoastronomique fait l’objet de fouilles depuis les années 2000. En 2007, les archéologues ont découvert des offrandes entreposées sur le site : poteries, statuettes, et autres artefacts. Ces objets témoignent de l’ampleur significative des rites pratiqués en lien avec l’observatoire solaire de Chanquillo.

 

 

Situation géographique du site archéologique de Chanquillo / Google Maps

 

 

Un calendrier précis

Hormis la symbolique religieuse, l’observatoire détermine les moments importants de l’année, comme les équinoxes (le Soleil traverse le plan équatorial terrestre, la durée du jour égale celle de la nuit) et les solstices (le Soleil rejoint le point le plus méridional ou septentrional selon le plan équatorial terrestre, la durée du jour est maximale au solstice d’été, minimale au solstice d’hiver).

 

L’édifice se compose de treize tours, orientées nord-sud et minutieusement alignées, formant une chaîne dentelée. Aux instants clés de l’année, le Soleil se lève et se couche exactement entre ces interstices. À l’aide de ces deux points d’intersection à l’aube et au crépuscule, les anciens habitants de la province de Casma pouvaient se repérer dans le temps avec un écart n’excédant pas un à deux jours. Ce calendrier monumental aurait permis à cette civilisation de calculer avec précision les dates des cérémonials sacrés, des plantations et des moissons.

 

« Il s’agit donc d’un témoignage de l’aboutissement d’une longue évolution historique des pratiques astronomiques dans la vallée de Casma », déclare Ivan Ghezzi.

 

L’auteur de l’étude rajoute que : « Chankillo est sans doute le plus ancien calendrier solaire qui peut être identifié comme tel avec confiance dans les Amériques. De nombreux sites indigènes américains se sont avérés contenir une ou quelques orientations solaires putatives. En revanche, Chankillo fournit un ensemble complet de marqueurs d’horizon et deux points d’observation uniques et incontestables».

 

Lors de la parution de l’article en 2007, seulement 1% du site de Chanquillo avait été examiné. Les investigations se poursuivent donc et les chercheurs espèrent révéler certains mystères sur la civilisation Casma-Sechin encore relativement méconnue. Il en va de même concernant l’observatoire solaire et son implication profonde sur les coutumes de cette société précolombienne.

 

Le Pérou, berceau de nombreux peuples, dévoile ainsi peu à peu sa riche histoire. Les archéologues ont également découvert 25 géoglyphes géants près de Nazca et un temple de la culture Chimú au cœur de ce pays ces dernières années.

 


 

Time : 3 mn 27 [Vostvfr] / [2/2]

 

Dans cette vidéo de la BBC, le professeur Brian Cox visite l’observatoire solaire des treize tours de Chankillo au Pérou. Le calendrier solaire vieux de 2.500 ans a été construit par une civilisation dont on sait très peu de choses.

 


 

Source :

Fr : https://fr.wikipedia.org/wiki/Chanquillo

En : https://en.wikipedia.org/wiki/Chanquillo

https://www.science.org/doi/10.1126/science.1136415

http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/6408231.stm

En : https://en.wikipedia.org/wiki/Casma–Sechin_culture

https://sciencepost.fr/plus-ancien-observatoire-solaire-amerique/

https://www3.astronomicalheritage.net/index.php/show-entity?identity=51&idsubentity=1

https://www.sciencealert.com/the-oldest-known-astronomical-observatory-in-the-americas-long-predates-the-incas

 

Article :

Sylvain Faure / SciencePost

 

Vidéo :

[1] Peru’s Ancient Solar Observatory – See the Pattern / YouTube

[2] Mind-blowing Ancient Solar Calender | Wonders of the Universe w/ Brian Cox | BBC Studios / YouTube

 

Photo :

Pour illustration

Un commentaire

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.