La double fente de Young : L’expérience quantique qui a transformé notre façon de voir le monde

Publié par

Time : 14 mn 28 / [1/1]

 

Chapitres :

00:00​ – Intro.

00:37​ – Le principe de l’expérience.

02:28​ – L’interprétation des figures d’interférence.

03:00​ – Quantique, Onde ou particule ?

05:27​ – L’ajout d’un « observateur ».

07:00​ – La découverte d’une nouvelle « réalité ».

07:51 – La dualité Onde / Corpuscule.

09:45 – Electrons, photons et les limites de la physique quantique.

 


 

Les fentes de Young ou interférences de Young désignent en physique une expérience qui consiste à faire interférer deux faisceaux de lumière issus d’une même source, en les faisant passer par deux petits trous percés dans un plan opaque. Cette expérience fut réalisée pour la première fois par Thomas Young en 1801 et a permis de comprendre le comportement et la nature de la lumière. Sur un écran disposé en face des fentes de Young, on observe un motif de diffraction qui est une zone où s’alternent des franges sombres et illuminées.

 

Cette expérience permet alors de mettre en évidence la nature ondulatoire de la lumière.

 

Elle a été également réalisée avec de la matière, comme les électrons, neutrons, atomes, molécules, avec lesquels on observe aussi des interférences.

 

Cela illustre la dualité onde-particule : les interférences montrent que la matière présente un comportement ondulatoire, mais la façon dont ils sont détectés (impact sur un écran) montre leur comportement particulaire.

 

Ces expériences démontrent que la vision purement corpusculaire de la matière n’est pas satisfaisante avec des objets de plus en plus gros, d’où la question récurrente de la dualité onde-corpuscule en physique quantique.

 


 

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fentes_de_Young

https://scienceetonnante.com/2018/04/13/lexperience-des-fentes-dyoung-en-mecanique-quantique/

 

Note : 

Une partie des images proviennent sur super site : http://www.toutestquantique.fr

Réalisation Data-Burger, conseiller scientifique : J. Bobroff, avec le soutien de : Univ. Paris Sud, SFP, Triangle de la Physique, PALM, Sciences à l’Ecole, ICAM-I2CAM

 

Vidéo :

[1] L’expérience quantique qui a transformé notre façon de voir le monde : la double fente de Young – Balade Mentale / YouTube

 

Photo :

Pour illustration

3 commentaires

  1. Une autre conséquence des fentes de Young est que l’idée relativiste qu’il n’existe pas de simultanéité absolue est sans le moindre fondement. En effet, la preuve qu’une telle simultanéité existe est le corpuscule qui passe par les deux fentes de Young simultanément. « Si l’on réduit l’intensité de l’émission lumineuse jusqu’à ce que l’on observe le départ des particules une à une, le cumul dans le temps des impacts des corpuscules forme quand même le diagramme d’interférence de la figure 7-1b. C’est dire que ces corpuscules, que l’on observe comme tels, ne sont pas passés par l’une ou l’autre des deux fentes, mais par les deux simultanément. » (Jarrosson, Introduction à la philosophie des sciences, 118) Puisque la simultanéité se déduit de la formation du diagramme d’interférence, et non d’une mesure quelconque, on peut bien parler de simultanéité absolue. Des observateurs dans différents référentiels verront tous le diagramme se former et devront donc en tirer la même conclusion de simultanéité.