Covid-19 : La pandémie a créé un nouveau milliardaire toutes les 30 heures ! Tandis qu’en 2022, un million de personnes pourraient tomber dans l’extrême pauvreté au même rythme

Publié par

 

Par : Oxfam International

 

Alors que le coût des biens essentiels augmente plus rapidement qu’il ne l’a fait depuis des décennies, les milliardaires des secteurs de l’alimentation et de l’énergie augmentent leur fortune d’un milliard de dollars tous les deux jours.

 

Pour chaque nouveau milliardaire créé pendant la pandémie – un toutes les 30 heures – près d’un million de personnes pourraient être poussées dans l’extrême pauvreté en 2022 à un rythme presque identique, révèle aujourd’hui une nouvelle note d’Oxfam. « Profiter de la souffrance » est publiée alors que le « Forum économique mondial », le rendez-vous exclusif de l’élite mondiale à Davos, se tient pour la première fois en face-à-face depuis la crise du Covid-19, période durant laquelle les milliardaires ont bénéficié d’un énorme coup de pouce à leur fortune.

 

 

« Les milliardaires arrivent à Davos pour célébrer une incroyable augmentation de leurs fortunes. La pandémie et maintenant les fortes augmentations des prix des denrées alimentaires et de l’énergie ont, pour dire les choses simplement, été une aubaine pour eux. Pendant ce temps, des décennies de progrès dans le domaine de l’extrême pauvreté sont maintenant inversées et des millions de personnes sont confrontées à des augmentations impossibles du coût de la simple survie », a déclaré Gabriela Bucher, directrice exécutive d’Oxfam International.

 

 

Le dossier montre que 573 personnes sont devenues milliardaires pendant la pandémie, à raison d’une toutes les 30 heures. Cette année, 263 millions de personnes supplémentaires devraient sombrer dans l’extrême pauvreté, à raison d’un million de personnes toutes les 33 heures.

 

La richesse des milliardaires a davantage augmenté au cours des 24 premiers mois de Covid-19 qu’au cours des 23 années précédentes combinées. La richesse totale des milliardaires du monde entier équivaut désormais à 13,9 % du PIB mondial. Ce chiffre a été multiplié par trois depuis 2000 (il était de 4,4% en 200).

 

 

« La fortune des milliardaires n’a pas augmenté parce qu’ils sont plus intelligents ou travaillent plus dur. Ce sont les travailleurs qui travaillent plus dur, pour un salaire moindre et dans de moins bonnes conditions. Les super-riches ont truqué le système en toute impunité pendant des décennies et ils en récoltent aujourd’hui les fruits. Ils se sont emparés d’une quantité choquante de la richesse mondiale grâce aux privatisations et aux monopoles, en vidant de leur substance la réglementation et les droits des travailleurs, tout en planquant leur argent dans des paradis fiscaux, le tout avec la complicité des gouvernements », a déclaré M. Bucher.

 

 

« Pendant ce temps, des millions d’autres personnes sautent des repas, éteignent le chauffage, prennent du retard dans le paiement de leurs factures et se demandent ce qu’elles vont bien pouvoir faire pour survivre. Dans toute l’Afrique de l’Est, une personne meurt probablement de faim chaque minute. Cette inégalité grotesque brise les liens qui nous unissent en tant qu’humanité. Elle est source de division, de corrosion et de danger. C’est une inégalité qui tue, littéralement ».

 

 

Les nouvelles recherches d’Oxfam révèlent également que les entreprises des secteurs de l’énergie, de l’alimentation et de l’industrie pharmaceutique, secteurs où les monopoles sont particulièrement fréquents, affichent des bénéfices records, alors même que les salaires n’ont pratiquement pas bougé et que les travailleurs luttent contre des prix élevés depuis des décennies (Covid-19). La fortune des milliardaires de l’agroalimentaire et de l’énergie a augmenté de 453 milliards de dollars au cours des deux dernières années, soit l’équivalent d’un milliard de dollars tous les deux jours. Cinq des plus grandes entreprises du secteur de l’énergie : BP, Shell, TotalEnergies, Exxon et Chevron, réalisent ensemble 2 600 dollars de bénéfices par seconde, et l’on compte désormais 62 nouveaux milliardaires de l’alimentation.

 

Avec seulement trois autres entreprises, la famille Cargill contrôle 70 % du marché agricole mondial. L’année dernière, Cargill a réalisé le plus gros bénéfice de son histoire (5 milliards de dollars de bénéfice net) et l’entreprise devrait à nouveau battre son record de bénéfice en 2022. À elle seule, la famille Cargill compte désormais 12 milliardaires, contre huit avant la pandémie.

 

Du Sri Lanka au Soudan, les prix mondiaux record des denrées alimentaires provoquent des bouleversements sociaux et politiques.

 


 

60 % des pays à faible revenu sont au bord du surendettement

 

 


 

Alors que l’inflation augmente partout, les hausses de prix sont particulièrement dévastatrices pour les travailleurs à bas salaire dont la santé et les moyens de subsistance étaient déjà les plus vulnérables au Covid-19, notamment les femmes, les personnes racialisées et marginalisées. Les habitants des pays pauvres consacrent à l’alimentation une part de leurs revenus plus de deux fois supérieure à celle des habitants des pays riches.

 

  • Aujourd’hui, 2 668 milliardaires, 573 de plus qu’en 2020, possèdent 12 700 milliards de dollars, soit une augmentation de 3 780 milliards de dollars.

 

  • Les dix hommes les plus riches du monde possèdent plus de richesses que les 40 % les plus pauvres de l’humanité, soit 3,1 milliards de personnes.

 

  • Les 20 milliardaires les plus riches valent plus que l’ensemble du PIB de l’Afrique sub-saharienne.

 

  • Un travailleur appartenant aux 50 % les plus pauvres devrait travailler pendant 112 ans pour gagner ce qu’une personne appartenant aux 1 % les plus riches obtient en une seule année.

 

  • En Amérique latine et dans les Caraïbes, 4 millions de femmes sont exclues du marché du travail en raison de la forte informalité et de la surcharge de travail liée aux soins. Aux États-Unis, la moitié des femmes de couleur qui travaillent gagnent moins de 15 dollars de l’heure.

 

 

La pandémie a créé 40 nouveaux milliardaires dans le secteur pharmaceutique. Des sociétés pharmaceutiques comme Moderna et Pfizer réalisent 1 000 dollars de bénéfices par seconde grâce au monopole qu’elles exercent sur le vaccin Covid-19, bien que son développement ait été soutenu par des milliards de dollars d’investissements publics. Ils font payer aux gouvernements jusqu’à 24 fois plus que le coût potentiel d’une production générique. 87 % des personnes vivant dans des pays à faible revenu n’ont toujours pas été entièrement vaccinées.

 

 

« Les personnes extrêmement riches et puissantes profitent de la douleur et de la souffrance. C’est inadmissible. Certains se sont enrichis en refusant à des milliards de personnes l’accès aux vaccins, d’autres en exploitant la hausse des prix des denrées alimentaires et de l’énergie. Ils versent des bonus et des dividendes massifs tout en payant le moins d’impôts possible. Cette richesse croissante et cette pauvreté croissante sont les deux faces d’une même médaille, preuve que notre système économique fonctionne exactement comme les riches et les puissants l’ont conçu », a déclaré M. Bucher.

 

 

« Plus de deux ans après le début de la pandémie, après plus de 20 millions de décès estimés dus au Covid-19 et une destruction économique généralisée, les chefs de gouvernement présents à Davos sont confrontés à un choix : agir en tant que mandataires de la classe des milliardaires qui pillent leurs économies, ou prendre des mesures audacieuses pour agir dans l’intérêt de la majorité de leurs populations. Une mesure de bon sens économique, par-dessus tout, mettrait cela à l’épreuve : si les gouvernements taxaient enfin la richesse des milliardaires ».

 

 

Oxfam recommande aux gouvernements d’agir de toute urgence :

 

  • Introduire des taxes de solidarité ponctuelles sur les mannes pandémiques des milliardaires afin de financer le soutien aux personnes confrontées à la hausse des coûts de l’alimentation et de l’énergie, ainsi qu’une reprise équitable et durable après le Covid-19. L’Argentine a adopté un prélèvement spécial unique appelé « impôt des millionnaires » et envisage maintenant d’instaurer un impôt sur les bénéfices exceptionnels dans le secteur de l’énergie ainsi qu’un impôt sur les actifs non déclarés détenus à l’étranger pour rembourser la dette du FMI. Les super-riches ont caché près de 8000 milliards de dollars dans les paradis fiscaux.

 

  • Mettre fin aux profits de la crise en introduisant une taxe temporaire de 90 % sur les bénéfices excédentaires afin de capturer les bénéfices exceptionnels des grandes entreprises dans tous les secteurs. Oxfam a estimé qu’une telle taxe sur seulement 32 multinationales super-profitable aurait pu générer 104 milliards de dollars de revenus en 2020.

 

  • Instaurer des impôts permanents sur la fortune pour limiter l’extrême richesse et le pouvoir de monopole, ainsi que les émissions de carbone démesurées des super-riches. Un impôt sur la fortune de 2 % pour les millionnaires et de 5 % pour les milliardaires pourrait générer 2 520 milliards de dollars par an, soit suffisamment pour sortir 2,3 milliards de personnes de la pauvreté, fabriquer suffisamment de vaccins pour le monde entier et offrir des soins de santé universels et une protection sociale à tous les habitants des pays à revenu faible ou intermédiaire.

 

Oxfam International

 


 

Bonus…

Time : 5 mn 19 [Vostvfr] / [1/1]

 

En 24 mois depuis que la pandémie a frappé en 2020, la richesse des milliardaires du monde a augmenté plus que la croissance combinée de près des deux années précédentes.

 

Quelque 573 nouveaux milliardaires ont été ajoutés au cours des deux dernières années.

 

Des sociétés pharmaceutiques comme Moderna et Pfizer réalisent un profit de 1.000 $ chaque seconde uniquement grâce à leur contrôle monopolistique du vaccin ARNm anti-Covid-19.

 

Tout cela et bien plus encore a été énoncé dans le rapport d’Oxfam International intitulé « Profiting from Pain / Profiter de la douleur. ».

 

Down To Earth

 


 

 


 

Source :

https://lesakerfrancophone.fr/la-pandemie-a-cree-un-nouveau-milliardaire-toutes-les-30-heures

https://www.oxfam.org/en/press-releases/pandemic-creates-new-billionaire-every-30-hours-now-million-people-could-fall

 

Article :

Le Saker Francophone / Oxfam International

Traduit par : Wayan

 

Vidéo :

[1] World Wealth Inequality post Covid-19 pandemic | Oxfam International Report – Down To Earth / YouTube

 

Photo :

Pour illustration

3 commentaires

  1. (…) « La fortune des milliardaires n’a pas augmenté parce qu’ils sont plus intelligents ou travaillent plus dur. Ce sont les travailleurs qui travaillent plus dur, pour un salaire moindre et dans de moins bonnes conditions. Les super-riches ont truqué le système en toute impunité pendant des décennies et ils en récoltent aujourd’hui les fruits. Ils se sont emparés d’une quantité choquante de la richesse mondiale grâce aux privatisations et aux monopoles, en vidant de leur substance la réglementation et les droits des travailleurs, tout en planquant leur argent dans des paradis fiscaux, le tout avec la complicité des gouvernements », a déclaré M. Bucher. (…)

    On en parle pas mais ce sont les ‘centrales d’achats’ qui dirigent le monde. Ses représentants acheteurs/dénicheurs examinent et commandent x milliers de tel produit (lessives, vêtements, alimentation, etc) et obliquent vers telle ou telle entreprise qui deviendra ‘riche’ et d’autres qui s’effaceront.
    Il leur est donc possible par leur position de monopole de bloquer certains achats et de créer des pénuries là où elles ne devraient être.

    Seuls continueront de présenter leurs productions depuis leurs jardin au marché hebdomadaire, mais cela s’arrêtera à quelques fruits & légumes et parfois volaille ou poissons mais, sur la place du village n’y seront plus les revendeurs de vêtements ou d’outillage.
    C’est là que le marché est restreint au survivalisme mais sans gaz ou carburant… ces petits commerçants disparaîtront peu à peu !

    En 1971, – la chocolaterie – Menier est progressivement rachetée par Rowntree Mackintosh (créateur des Smarties en 1937 et de la barre Lion en 1976), laquelle est acquise à son tour en 1988 par Nestlé. Le Moulin Saulnier est classé au titre des monuments historiques en 1992.

    Entre 1996 et 2020, le site Menier, au bord de la Marne, est le siège de la division de Nestlé pour la France.

    Perpignan – Rachat de – la chocolaterie -Cémoi par Sweet products : la CGT exige plus de transparence. Le chocolatier perpignanais a annoncé le 18 mai dernier être entré en négociations exclusives avec le groupe belge Sweet products, qui souhaite racheter ses activités.
    Chocolat Poulain est une entreprise française produisant du chocolat depuis sa fondation, en février 1848, par Victor-Auguste Poulain, confiseur à Blois. C’est également la marque commerciale sous laquelle elle commercialise ses produits.

    Depuis mai 2017, elle appartient au groupe français Carambar & Co, structure créée par le fonds d’investissement français Eurazeo et d’autres investisseurs privés.

    Après le rachat en 1970 d’un ensemble de sociétés de condiments, dont Maille, Poulain décide de fusionner toutes ces marques alimentaires en un seul groupe, la SEGMA (Société d’exploitation des grandes marques alimentaires)2. En 1978, Poulain et la SEGMA sont rachetés par Clin-Midy3, puis revendus et intégrés un an plus tard à la Générale Occidentale de Jimmy Goldsmith (qui détenait entre autres les marques Amora, La Pie qui Chante, Carambar et Vandamme)4.

    Poulain passe sous le contrôle du britannique Cadbury en 19885. En 1995, il est regroupé avec Bouquet d’Or au sein de Cadbury France, la nouvelle filiale française du groupe, qui a son siège à Blois.

    En 2010, Cadbury est racheté par la multinationale Kraft Foods6. En 2012, à la suite d’une scission de Kraft Foods, Poulain appartient au groupe nouvellement créé Mondelēz International.

    En 2016, le fonds d’investissement français Eurazeo annonce le rachat d’une grande partie des marques de Mondelez (dont Poulain, Carambar, Kréma et La Pie Qui Chante)7. Le rachat est effectif depuis le 2 mai 2017, avec la création d’une filiale d’Eurazeo, la société Carambar & Co8 qui lance ensuite un plan d’investissement de 35 millions d’euros pour rapatrier en France une partie de sa production réalisée à l’étranger et maintenir les 220 emplois de l’usine de Strasbourg9.