L’hôpital craque : l’été va être dramatique

Publié par

Time : 20 mn 34 / [1/2]

 


 

Synopsis vidéo :

Deux tiers des centres hospitaliers n’arrivent plus à fonctionner normalement, et 99 % anticipent des difficultés d’ici à 2023.

 

Selon le syndicat Samu-Urgences de France, fin mai, 127 services d’urgence en France se trouvaient en grande difficulté. Alors que les professionnels de la santé redoutent un été mortel, le gouvernement a annoncé mettre en place une série de mesures en urgence, mais pas de réforme profonde de l’hôpital public.

 

Ce sont pourtant des décennies de politiques de la santé inadaptées qui ont plongé l’hôpital dans cette situation désastreuse.

 

Dans cette émission, Salomé Saqué revient sur la crise qui touche notre système de santé, et dont le prix se paie en vies.

 


 

 

 

Depuis plusieurs décennies, les agents hospitaliers soutenus par les organisations syndicales CGT et FO, alertent sur la situation de l’hôpital soumis à la politique du chiffre. Les personnels dénoncent la dégradation de leurs conditions de travail : si l’hôpital public est sur le point d’imploser, nos services d’urgences sont désormais à bout de souffle Aujourd’hui, il y a urgence pour nos collègues des urgences !

 

A ce jour, les agents sont épuisés. Les équipes sont à bout de souffle. Les heures supplémentaires ne trouvent plus de public et régulièrement certains secteurs sont sans agents. L’attente et les pertes de chance sont nombreuses. Les arrêts maladie pour épuisement professionnel se multiplient, les demandes de mutation, disponibilités, démissions également. Il n’est plus acceptable, tenable de croiser des collègues en pleurs ou sidérés lors des prises ou fin de garde.

 

 

Le constat est le suivant :

  • Les déserts médicaux et le manque de médecins libéraux aux heures de nuits et week-end obligent nombres de patients à se rendre aux services d’urgences.

 

  • La politique du « toujours plus » de médecine et de chirurgie ambulatoire avec la réduction toujours plus poussée des durées moyennes de séjours, aboutit inexorablement à ce que le patient retourne aux urgences.

 

  • Les fermetures de lits entraînent des redéploiements, un épuisement des personnels et une diminution du nombre de lits mis à disposition pour désengorger les services d’urgence.

 

 

Les conditions d’accueil et de prise en charge des patients et de leurs familles sont menacées. Ceci est la conséquence d’un absentéisme inquiétant et de l’absence de directives claires pour optimiser la régulation des flux d’amont et des lits d’aval.

 

Les personnels de ces unités redoutent des situations de perte de chance pour les patients y compris au niveau de la pédiatrie où même la gestion de la douleur s’avère précaire… Par ailleurs, l’augmentation des délais de prise en charge chez les adultes comme en pédiatrie risque d’entraîner des tensions avec les usagers et leur famille.

 

 

A l’image des secteurs d’hospitalisation, nos collègues exigent des mesures fortes :

Pour les services d’urgences :

 

  • Une réactivité rapide pour rendre participatifs tous les acteurs du soin dans la régulation des flux d’amont.

 

  • Permettre des parcours de soins sécuritaires pour les usagers et les personnels soignants. La régulation des flux d’aval afin d’hospitaliser les patients qui le nécessitent.

 

  • Refonder la prise en charge des urgences et des soins non programmés.

 

 

Pour les personnels hospitaliers paramédicaux et médicaux :

 

  • Revalorisation conséquente du point d’indice, des salaires et des indemnités pour contraintes et pénibilités horaires : nuit, dimanches et fériés.

 

  • Développer un vaste plan de formation de personnels soignant afin de permettre des recrutements massifs.

 

  • Renforcement des moyens pour les établissements et plus de recrutement de personnels (Brancardiers, coursiers, ouvriers, logisticiens, secrétaires) pour que chacun soit centrer sur son cœur de métier.

 

  • Ratios de personnel adaptés à la charge en soins.

 

  • Mesures salariales pour fidéliser les médecins et prioriser leur affectation à l’hôpital.

 

Le Poing

 


 

Bonus…

Time : 24 mn 02 / [2/2]

 

Les services d’urgences de l’Hôpital public sont au bord de la saturation.

 

Dans une lettre ouverte à la ministre de la Santé, les SAMU de France parlent d’une crise d’une « ampleur inégalée », susceptible de se transformer en « véritable désastre sanitaire ».

 

ARTE

 


 

 


 

L’été s’annonce sous haute tension.

 


 

Source :

https://lepoing.net/agora/hopital-public-lete-meurtrier/

https://www.blast-info.fr/emissions/2022/lhopital-craque-lete-va-etre-dramatique-8QnmXmS4QA2TYRRrps9GMg

 

Article :

Salomé Saqué / Blast

Extrait / Le Poing

 

Vidéo :

[1] L’HÔPITAL CRAQUE : L’ÉTÉ VA ÊTRE DRAMATIQUE – BLAST, Le souffle de l’info / YouTube

[2] Crise aux urgences : l’hôpital public est-il condamné à aller mal ? – 28 Minutes – ARTE / YouTube

 

Photo :

Pour illustration

Un commentaire