Atteinte du syndrome d’Usher, Fiona se bat pour conserver son allocation aux adultes handicapés (AAH)

Publié par

Time : 3 mn 28 / [1/1]

 

À 22 ans, Fiona est atteinte de surdité complète. Lorsqu’elle a voulu officialiser sa relation avec son conjoint et changer son adresse, la CAF lui a répondu qu’elle allait perdre une partie de ses aides… Elle témoigne.

 


 

« Si un jour je me marie avec mon conjoint, je perds tout »

 

 

 

Fiona Couzinaux a 22 ans et est atteinte d’un handicap qui ne se voit pas : la surdité. Sourde de naissance, la jeune femme se bat pour conserver ses aides qu’elle risque de perdre si elle décide de se marier avec son conjoint.

 

« Si demain je me marie, mon allocation handicapée adulte, je la perds. Et ça sera le conjoint qui prendra tout en charge. Je n’ai pas envie que mon conjoint paye tout lui et pour nous deux, non. Un couple c’est 50/50, on paye tous les deux, on fait les choses à deux », regrette la jeune femme.

 

« Au moment où on s’est inscrits à la CAF pour changer d’adresse, ils lui ont dit que si on voulait se mettre en couple officiellement, elle perdrait une partie de ses aides. Et si on veut aller plus loin, jusqu’au mariage, elle perdrait la totalité de son revenu », explique son conjoint.

 

 

En juin 2021, François Ruffin, alors député « La France insoumise », avait accusé le gouvernement Macron d’avoir « un portefeuille à la place du cœur ». Il contestait ainsi une révision du calcul de l’allocation adulte handicapé (AAH) pour les personnes en couple, révision prévoyant de prendre en compte les revenus du conjoint pour le calcul de l’aide. Un an plus tard, Fiona, bénéficiaire de l’AAH, dénonce cette « injustice ».

 

Affligée, dès la naissance, du syndrome d’Usher [1], « une maladie génétique affectant la vue et l’équilibre », Fiona est sourde profonde et « implantée des deux oreilles ». Un handicap lourd qui n’a heureusement pas empêché la jeune femme de vivre en quasi-autonomie… grâce au revenu que lui fournit l’AAH et à l’aide bienveillante de Jérémy, son compagnon.

 

Mais les amoureux viennent de comprendre que s’ils souhaitent convoler – ou juste s’installer ensemble –, Fiona devra renoncer à une partie de son allocation ! Une perspective qu’elle a du mal à envisager.

 

Jérémy, lui, regrette qu’« alors que l’on est déjà handicapé dans sa vie, on doive aussi devenir un handicap pour son entourage ».

 


 

Pour la jeune femme porteuse du handicap, « tous les projets d’avenir, de travailler, de se marier, d’acheter une maison ou quoi que ce soit d’autre » sont alors compromis.

 


 

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_d%27Usher

https://www.20minutes.fr/societe/3322287-20220709-handicap-atteinte-surdite-profonde-fiona-bat-conserver-allocation

https://www.brut.media/fr/health/atteinte-de-surdite-elle-se-bat-pour-garder-ses-aides-d5b7964f-0fa6-465a-9f87-45c7a8de9855

 

Article :

20 Minutes

Brut

 

Référence :

[1] Le syndrome d’Usher (1914) ou syndrome de Joly a été décrit pour la première fois en 1858 par Albrecht von Gräfe au sujet de trois patients atteints de surdité congénitale avec rétinite pigmentaire évolutive associée. Le docteur Charles Usher, ophtalmologiste anglais, est le premier à appréhender le caractère héréditaire de cette association pathologique et la décrit comme un syndrome spécifique. Le syndrome d’Usher est une maladie génétique, caractérisée par une perte d’audition congénitale associée à une déficience visuelle progressive par rétinite pigmentaire. C’est la première cause de cécité-surdité héréditaire chez l’adulte.

 

Il existe trois formes différentes du syndrome d’Usher. Cette perte d’audition concerne les deux oreilles. La rétinite pigmentaire peut évoluer jusqu’à la perte de la totalité de la vue. Des troubles de l’équilibre peuvent également être associés.

 

Cette maladie porte le nom de l’ophtalmologiste britannique Charles Usher, qui en a étudié la pathologie et la transmission en 1914 sur une soixantaine de cas.

 

Vidéo :

[1] Atteinte de surdité, elle se bat pour garder ses aides – Brut / YouTube

 

Photo :

Pour illustration