Face aux refus de Parcoursup, brillante élève, Bianca a été contrainte de partir étudier à l’étranger

Publié par

 

A 17 ans, Bianca Vidal a été contrainte d’intégrer une école vétérinaire en Slovaquie, après avoir vu ses souhaits en France, se solder par des refus sur Parcoursup.

 

Lorsque l’hiver dernier elle a inscrit ses vœux d’affectation sur la plateforme Web d’admission post-bac, la lycéenne de Marie-Joseph à Trouville-sur-Mer (Calvados) ne se doutait évidemment pas que ses souhaits seraient tous, sans exception, refusés. Son année d’avance et son brevet des collèges avec mention très bien -son dernier diplôme à l’époque- mais aussi ses Toeic (Test of English for International Communication) à 925/990 et Toefl (Test of English as a Foreign Language), niveau B2 (soit le niveau demandé par les universités pour justifier de la compréhension de la langue anglaise) lui permettaient d’espérer sereinement.

 

 

Des vœux optimistes

En marge de 9 prépas réparties entre Caen et Paris, ses choix se sont alors portés, en postbac, sur les quatre écoles vétérinaires publiques situées à Maisons-Alfort, Toulouse, Nantes et Lyon ainsi que sur la première école de formation vétérinaire privée postbac portée par l’Institut Polytechnique UniLaSalle à Rouen qui prévoit d’accueillir 120 étudiants dès la rentrée 2022. La future étudiante se rendra d’ailleurs aux portes ouvertes sur le campus normand où il lui est expliqué que sont recherchés « des jeunes motivés avec expérience et ayant une vraie vision du métier ». La voilà rassurée. Pile-poil son profil. Bianca rêve en effet d’être véto depuis l’âge 3 ans et demi, vit entourée d’animaux, aide ou travaille à Deauville (Calvados) « tant au service vétérinaire l’hippodrome de Clairefontaine sous la direction des Docteurs Valère et Boutin, qu’à la clinique CALM avec le Docteur Grandcollot dans le cadre de stages et de jobs d’été ».

 

 

Un rêve brisé

Mais le jeudi 2 juin 2022, le rêve est brisé. Parcoursup a rendu son verdict. C’est non partout ! La déception est grande. Bianca a possibilité de faire appel de la décision (la 5e campagne de Parcours sup s’est achevée le 16 septembre) mais comment forcer la plateforme à revoir sa copie ? La lycéenne préfère se reconcentrer et poursuivre ses efforts pour obtenir les meilleures notes possibles au bac et notamment en langue car, pour la première fois, elle réfléchit à se tourner vers l’étranger pour arriver à ses fins.

 

Et bien lui en a pris. Bianca obtient son examen avec mention dont la note de 19,30/20 en anglais et celle de 17/20 Science de la vie et de la Terre. Des résultats qui lui permettent d’envisager d’intégrer une école vétérinaire en dehors de l’hexagone. Mais on est déjà fin juin et il ne reste que très peu de temps pour constituer les dossiers (traductions en anglais, dans la langue du pays, certifications conformes en mairie, photos de toutes tailles…). « Merci Monsieur le maire de Cricqueboeuf pour sa patience et son aide précieuse ! »

 

Des dossiers complexes qui sont étudiés et doivent être acceptés pour passer au stade de l’entretien ou de l’examen.

 

 

Reçue aux concours à l’étranger

Ses choix se portent évidemment vers les écoles EAVE. Autrement dit celles qui sont accréditées auprès de l’association des établissements européens d’enseignement vétérinaire, créée en 1988 à L’École nationale vétérinaire d’Alfort. Si elle laisse de côté la Belgique pour les raisons de tirage au sort, « l’un pour y entrer et l’autre en fin de première année », la bachelière s’inscrit en Roumanie ou elle est acceptée après un entretien oral, tente les concours de la Lituanie et de la Slovaquie, qu’elle réussit. Mais face à la difficulté d’entrer en contact avec des élèves actuellement en Lituanie et d’obtenir plus d’informations sur l’école, elle opte finalement pour la Slovaquie.

 

 

Bianca Vidal est arrivée jeudi 15 septembre 2022 à l’école vétérinaire de Kosice en Slovaquie où figure une belle communauté d’étudiants français. (©DR)

 

 

En internat en Slovaquie

D’abord l’école vétérinaire Kosice, la deuxième ville du pays, a été créée en 1949. Elle est compatible avec le système européen de transfert et d’accumulation de crédits (ECTS) qui aide les étudiants à se déplacer d’un pays à l’autre et à faire reconnaître leurs qualifications universitaires et leurs périodes d’études à l’étranger.

 

Puis « le panel de cours y est riche et varié avec les sujets de base comme les spécialités, permettant aux diplômés d’exercer dans les cliniques pour petits animaux, celles pour grands animaux, celles pour animaux exotiques et les zoos, les réserves de chasse, ou encore dans la sécurité et qualité des aliments, l’industrie pharmaceutique, la recherche et développement… », explique Bianca Vidal.

 

Et pour couronner le tout, l’école dispose également d’une clinique pour petits animaux, oiseaux et animaux exotiques, d’une clinique chevaux, d’une clinique pour ruminant et d’un service d’urgence.

 

La jeune femme est arrivée jeudi 15 septembre 2022 en Slovaquie où elle a découvert à la fois son école et son internat. La voilà partie pour 6 ans d’études loin des siens (une année de moins qu’en France). Elle pourrait être diplômée à l’âge de 23 ans.

 

Christophe Lemoine

 


 

Face à l’incertitude et au verdict des résultats de la plateforme Parcoursup, certains étudiants n’ont pas d’autres choix que de quitter la France afin de poursuivre leurs études à l’étranger.

 


 

Source :

https://actu.fr/normandie/deauville_14220/face-aux-refus-de-parcoursup-brillante-eleve-bianca-est-contrainte-de-partir-etudier-a-letranger_53862645.html

 

Article :

Christophe Lemoine / Actu.fr

 

Voir notamment :

Parcoursup, c’est comme le jeu des osselets – Nicole Ferroni [Vidéo]

Maths et Sciences | Classement international Timss 2019 : la France avant-dernière

PISA 2019 | Système Scolaire : Combien de points obtient la France ? Et les autres pays ? [Vidéos]

 

Photo :

Pour illustration