Oligarques : La population ne doit pas se tromper d’adversaire

Publié par

 

Après La mondialisation malheureuse, le politologue et essayiste français Thomas Guénolé publie Antisocial, livre dans lequel il décrit le processus de destruction systématique du modèle social français au profit de 10 % de la population. Aussi percutant qu’inquiétant, son nouvel ouvrage dresse le bilan des politiques publiques de ces 30 dernières et interroge : alors que les droits de 90 % des citoyens et des citoyennes reculent et continuent d’être attaqués, verra-t-on à nouveau étudiants, agriculteurs, ouvriers, cheminots, fonctionnaire etc. se tendre la main pour résister ?

 

L’Antisocial paraît ce 1er Mars 1er aux Editions Plon. Mr Mondialisation a échangé avec l’auteur.

 

 


 

Interview

 

 

Mr Mondialisation : Après « La Mondialisation malheureuse », vous publiez un nouvel ouvrage, consacré à la régression des droits sociaux en France. Qu’est-ce que l’« Antisocial » ?

 

Thomas Guénolé : L’Antisocial, c’est le processus politique actuel de destruction du modèle social français. C’est un travail au bulldozer. Les conditions d’indemnisation des chômeurs sont de plus en plus durcies. Les protections des salariés sont de plus en plus affaiblies. La possibilité réelle de manifester est amoindrie par diverses techniques policières. Le droit de grève est remis en cause, notamment en obligeant les fonctionnaires à se dénoncer quand ils comptent faire grève. L’accès aux soins de l’hôpital public pèse de plus en plus lourd dans le budget des plus pauvres. Les retraites baissent et l’âge auquel on peut les toucher recule. La machine éducative reproduit de plus en plus les inégalités sociales de départ. Les prélèvements obligatoires les plus équitables, c’est-à-dire plus lourds dans le budget des plus privilégiés, baissent, tandis que les prélèvements obligatoires les plus injustes, c’est-à-dire plus lourds dans le budget des plus démunis, augmentent. Les conditions de travail de nombreux fonctionnaires se dégradent au point de mettre en danger leur santé et de démolir la qualité du service. Le mal-logement s’enracine profondément dans notre société et frappe plus violemment les plus jeunes. Les habitants des banlieues pauvres sont systématiquement plus durement touchés que les autres par les maux du pays : en particulier le chômage, la précarité et la criminalité. La population rurale est lentement abandonnée à un inexorable isolement par la fermeture progressive des services publics et des commerces de proximité. Bref, l’Antisocial, c’est un grand mouvement « en marche arrière ».

 

 

Guerre sociale - 2

L’antisocial, c’est un grand mouvement « en marche arrière »

 

 

Mr Mondialisation : Les 10 chapitres de votre livre décrivent, dans différents secteurs – santé, éducation, retraites, chômage, etc. –, ces attaques successives contre les acquis sociaux. Ces attaques sont-elles toutes animées par une même idéologie ?

 

Thomas Guénolé : Oui. Cette idéologie est souvent appelée « néolibéralisme ». Je pense que c’est une erreur. D’abord, le préfixe « néo » est inapproprié, car il s’agit à chaque fois de revenir en arrière : revenir à moins de protections sociales, revenir à moins de droits des salariés, revenir à moins de services publics, revenir à moins d’entreprises publiques, revenir à moins d’Etat régulateur, revenir à moins de redistribution des richesses… Ensuite, tout cela n’est même pas « libéral » ! Car en fait, les pères du libéralisme n’ont jamais été pour la transformation de l’économie en un Monopoly géant entre une poignée d’oligarques. Dans sa Richesse des nations, Adam Smith s’insurge contre les coalitions de patrons pour maintenir bas le niveau des salaires et pour briser par la force les protestations des ouvriers. Quant à l’argument des bienfaits des privatisations et de la mise en concurrence, en réalité le père de cette théorie, Léon Walras, a écrit noir sur blanc que pour tout ce que l’Antisocial privatise en priorité – le rail, les routes, l’eau… – il vaut mieux un grand monopole d’Etat ! Autrement dit, il y a usurpation du vrai libéralisme. La véritable idéologie de l’Antisocial, c’est l’oligarchisme, au sens d’Aristote : gouverner la Cité au bénéfice d’une toute petite minorité, l’oligarchie, et au détriment de la grande majorité, c’est-à-dire tous les autres.

 

Car il faut bien comprendre que toutes ces grandes réformes ont en commun de profiter au petit nombre des oligarques et de nuire à l’intérêt du reste de la population. Moins de protection des salariés, plus de pression sur les chômeurs, cela leur donne une main d’œuvre moins coûteuse et plus facile à pressurer. Privatiser les services publics – hier l’aviation civile, aujourd’hui La Poste, demain la SNCF –, cela leur permet de s’y tailler des grands oligopoles en situation de rente : voyez ce qui s’est passé pour la téléphonie. Faire reculer la redistribution des richesses, cela leur permet de payer massivement moins d’impôts : voyez la réforme récente de l’ISF, qui leur rend des milliards. On a donc bien affaire à un régime politique de facto oligarchique.

 

Guerre sociale - 3

 

Mr Mondilisation : Les différentes réformes que vous énumérez sont toujours accompagnées du même discours : celui de la modernité, celui de la nécessaire adaptation aux nouvelles conditions économiques nationales et mondiales. Un autre modèle – et vison du monde – est-il possible ?

 

Thomas Guénolé : L’Antisocial est un projet d’aggravation de l’injustice, d’aggravation des inégalités, et de dérive autoritaire de l’exercice du pouvoir. Il s’accompagne donc du mantra « Il n’y a pas d’alternative ». Ce mantra sert à prétendre que la montée de l’injustice serait inévitable, et à justifier les multiples passages en force par le fait que si vous n’êtes pas d’accord, c’est parce que vous n’avez pas compris. C’est d’ailleurs pour cela qu’invariablement, face aux contestations et aux mobilisations, les gouvernements successifs disent qu’ils vont faire de la « pédagogie ». Là encore ça signifie qu’il n’y aurait pas d’alternative, qu’il n’y a que le chemin de toujours plus d’inégalités, et que si vous refusez, c’est que vous n’êtes pas raisonnable.

 


 

« Si vous refusez, c’est que vous n’êtes pas raisonnable. »

 


 

Or, en réalité, un autre chemin est possible. Au lieu d’aller toujours plus loin dans les inégalités, on peut choisir d’aller toujours plus loin dans le partage. Au lieu d’aller toujours plus loin dans le pouvoir autoritaire, on peut choisir d’aller toujours plus loin vers la démocratie directe. Au lieu d’aller toujours plus loin dans le productivisme, on peut choisir d’aller toujours plus loin dans l’écologisme. Au lieu d’aller toujours plus loin dans l’intérêt de l’oligarchie, on peut choisir d’aller toujours plus loin dans l’intérêt du collectif. Je suis profondément convaincu que le grand face-à-face politique de notre siècle est entre d’un côté l’oligarchisme, et de l’autre une démocratie totale : démocratie directe politique, démocratie sociale sous la forme de services publics autogérés, démocratie économique sous la forme des coopératives ; le tout complété par une « règle verte » de transition écologique complète de l’économie du pays et un respect extrêmement exigent de la Déclaration universelle des droits de l’Homme.

 

Guerre sociale - 4

 

Mr Mondialisation : On peut avoir le sentiment que les mouvements sociaux sont désormais désorganisés, qu’ouvriers, étudiants, agricultures, fonctionnaires etc. ont l’impression d’avoir des intérêts divergents à défendre, si bien que les divisions priment sur l’action collective. Qu’en pensez-vous ?

 

Thomas Guénolé : Il y a effectivement un manque de front commun social. Or, je montre dans Antisocial que l’histoire du 20ème siècle nous apprend ceci : à chaque fois qu’il y a un tel front commun, l’oligarchisme est battu et les conquêtes démocratiques avancent. C’est systématique. La journée de huit heures a été obtenue par une menace de grève générale en 1919. Les grandes conquêtes sociales des accords de Matignon, à l’époque du Front populaire, ont été obtenues par la grève générale de 1936. L’augmentation spectaculaire des salaires et les grandes libertés syndicales des accords de Grenelle ont été obtenues par la grève générale de Mai 68. C’est une leçon toujours d’actualité : deux ou trois semaines de grève générale suffisent pour vaincre sur le front social. A contrario, quand en 2016 ou en 2017 il y a des manifestations mais pas de grandes grèves massives, l’Antisocial gagne.

 

Guerre sociale - 1

 

Mr Mondialisation : Cette division est-elle alimentée par les gouvernements successifs ?

 

Thomas Guénolé : Bien sûr. Les gouvernements successifs passent leur temps à monter les victimes de l’Antisocial les unes contre les autres. Ils opposent les salariés précaires aux « privilèges » des fonctionnaires, alors qu’en réalité le statut des fonctionnaires a été créé après Vichy pour que les administrations soient à l’abri des pressions du pouvoir politique pour garantir que la République reste République. Ils opposent les salariés du privé au statut des cheminots, alors que c’est précisément leur statut qui a permis plusieurs fois aux cheminots de protéger nos droits à tous en lançant de grandes grèves ferroviaires. Ils opposent les « usagers pris en otages » aux grévistes qui sont accusés de défendre des privilèges, alors qu’en réalité souvent les grévistes défendent les droits des salariés du privé. Ils opposent les Français aux immigrés et aux réfugiés, alors que notre pays, sixième pays le plus riche du monde, est largement assez prospère pour bien traiter à la fois les autochtones et les immigrés. Cette technique est tellement ancienne qu’elle a son propre proverbe très ancien : « Diviser pour régner ». La grande masse de la population ne doit pas se tromper d’adversaire : le problème, ce sont les oligarques.

 


 

« Les gouvernements successifs passent leur temps à monter les victimes de l’antisocial les unes contre les autres. »

 


 

Mr Mondialisation : Vous estimez que les médias dominants sont également en cause et légitiment le discours « réformateur » ?

 

Thomas Guénolé : Oui. Ces trois dernières décennies, les grands médias privés audiovisuels et de la presse écrite sont devenus un vaste oligopole tenu par une poignée de milliardaires. C’est un fait. Or, presque tous ces médias perdent de l’argent. Si ces oligarques les conservent, c’est donc qu’ils en attendent un retour sur investissement qui, s’il n’est pas financier, est nécessairement un pouvoir d’influence. De fait, qu’il s’agisse de leurs grandes chaînes d’information privées, de leurs grandes radios ou de leurs grands titres de presse, la ligne politique exprimée, par exemple par leurs éditorialistes et par les économistes qu’ils choisissent d’inviter en priorité, est toujours la même : il n’y a pas d’alternative, il faut enlever des protections aux salariés, il faut durcir le traitement des chômeurs, il faut privatiser les services publics, il faut que l’État régule moins l’activité économique, il faut moins de fonctionnaires, etc. Ce matraquage d’un catéchisme antisocial constitue un feu roulant de propagande pour obtenir la résignation du plus grand nombre à la démolition du modèle social français. C’est ce que Noam Chomsky et Edward Herman appellent le modèle de propagande dans La fabrication du consentement. Je fais mien ce cadrage théorique dans Antisocial.

 


 

« La ligne politique exprimée est toujours la même : il n’y a pas d’alternative. »

 


 

Mr Mondialisation : La précarisation touche 90 % de la population selon vous, pendant que les 10 % les plus riches profitent de l’ « Antisocial ». Malgré ce que vous décriviez précédemment, les conditions sont-elles réunies pour voir éclore un nouveau mouvement social d’ampleur ?

 

Thomas Guénolé : Les conditions objectives d’un changement de système politique, économique et social sont réunies, puisque les perdants de la mise en œuvre de l’Antisocial sont déjà majoritaires. Cela explique qu’au référendum français de 2005 sur le traité européen rendant obligatoire les politiques antisociales, ou sur le maintien du Royaume-Uni dans ces traités antisociaux, le peuple dans les deux cas ait voté majoritairement « Non ».

 

Sur le front social, les deux grands problèmes sont de combattre la résignation qui s’empare du plus grand nombre sous l’effet de la propagande médiatique, et de surmonter les divisions dans le monde syndical entre ceux qui sont prêts aux grandes grèves et ceux qui préfèrent négocier avec l’Antisocial – alors que ce dernier avance au bulldozer. Concernant la question médiatique, il faut développer de plus en plus massivement des médias généralistes d’alternative au système : Le Monde Diplomatique, Le Média, Arrêt sur images, Alternatives Economiques, Mister Mondialisation, notamment, sont des exemples pionniers. Concernant la question syndicale, les adhérents des syndicats doivent prendre leurs responsabilités : ils doivent porter à leur tête des équipes déterminées à orchestrer de grandes grèves comme celles de 1936 ou de 1968.

 

Sur le front politique, il faut développer de grands mouvements ouverts militant à la fois dans les batailles électorales, dans les batailles sociales de terrain, et dans la bataille des idées partout où il y a espace de débat public. Podemos en Espagne, la France Insoumise en France, la transformation en cours du Labour britannique de Jeremy Corbyn en mouvement à la fois politique et social, entre autres, sont des modèles de cette évolution nécessaire.

 

Guerre sociale - 5

 


 

Source :

https://mrmondialisation.org/la-population-ne-doit-pas-se-tromper-dadversaire/

 

Pour aller plus loin :

Antisocial : La guerre sociale est déclarée – Thomas Guénolé (Editions Plon, 2018)

2 comments

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.