Pacifique : Connaissez-vous le mystérieux « point Nemo » ? Ce cimetière spatial bien caché

Publié par

Time : 4 mn 22 [Vostvfr]

 


 

Pacifique

 

Point Nemo - 2

 

Connaissez-vous le mystérieux « point Nemo » ? Ce cimetière spatial bien caché

 

 

 

Partez de Nouvelle-Zélande, parcourez 3 000 km et vous vous retrouverez au beau milieu de l’Océan Pacifique. Là où les débris de plus de 260 engins spatiaux se sont déjà crashés. Bienvenue au « point Nemo ». 

 

À vue de nez, la zone en question se situerait à 48°52.6 au sud, 123°23.6 à l’ouest. Si vous avez l’âme d’un aventurier, ou disposez tout bonnement d’une bonne dose de curiosité, sachez qu’il s’agit là de l’endroit le plus énigmatique, secret et mystérieux de la planète. De fait, c’est bien dans cette zone, tel que le souligne France Info, que se situe quantité d’épaves spatiales à l’instar de satellites et autres vaisseaux ayant fait leur temps. En tous cas, rempli leur mission.

 

S’il est difficile de présager où Tiangong-1, la station spatiale dont la Chine a perdu le contrôle, doit précisément s’abimer, celle-ci devrait techniquement entrer dans l’atmosphère ce week-end. Au plus tard lundi 2 avril. Quant aux ingénieurs spatiaux, ils sont nombreux, poursuit France Info, à espérer que ladite station s’écrase dans l’antre de ce fameux « point Nemo ».

 

 

Pourquoi une telle fascination ?

D’abord son nom : Nemo. Il émane, en fin de compte, du célèbre Capitaine Nemo, personnage phare de l’ouvrage de Jules Verne « Vingt mille lieues sous les mers ». Ensuite, le nom en question vient du latin et signifie : « personne ». C’est là tout l’intérêt de ce point et donc de cette zone. Vous n’y verrez strictement personne. Aucune trace de civilisation.

 

Point Nemo - 1

 

Situé au centre d’un espace de près de 22 millions de km², le « point Nemo » s’avère, vous l’aurez compris, parfaitement dépourvu de terre émergée. L’îlot le plus proche ? Motu Nui. Il fait partie intégrante de l’archipel de l‘île de Pâques. C’est vous dire si ce lieu est isolé. Ce d’autant plus, explique le site Démotivateur, que lorsque vous vous trouvez dans cette zone, vous êtes finalement plus proche de la Station Spatial Internationale (ISS) qui évolue en orbite à 400 km au-dessus de nos têtes.

 

 

29 000 objets dans l’espace

Aujourd’hui, on recense plus de 29 000 objets de plus de 10 centimètres gravitant autour de la planète. Des objets qui peuvent, à tout moment, nous tomber dessus, précise France Info. Surtout s’ils perdent de la vitesse. Mais les ingénieurs spatiaux le savent : le fait qu’un objet venu de l’espace retombe sur la Terre arrive quotidiennement. Chaque mois, il y en a même de très importants. Sauf qu’en entrant dans l’atmosphère, ils s’embrasent compte tenu de la friction avec l’air et se désagrègent.

 

Ainsi, lorsque le temps est venu de dire « adieu » à un satellite ou autres modules et donc de les enterrer, les agences spatiales s’attellent, tant que faire se peut, à les orienter direction le « point Nemo ». Et elles y parviennent ! La plupart du temps, tout du moins…

 


 

Source :

http://sciencepost.fr/2016/10/voici-point-nemo-oint-plus-isole-terre/

http://outremers360.com/societe/pacifique-le-point-nemo-cimetiere-des-dechets-spatiaux/

http://www.planet.fr/international-connaissez-vous-le-mysterieux-point-nemo-ce-cimetiere-spatial-bien-cache.1534914.29335.html

https://parismatch.be/actualites/environnement/84649/il-y-a-un-cimetiere-pour-vaisseaux-spatiaux-au-beau-milieu-de-locean-pacifique

8 comments

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.