Les vertus du silence

Publié par

 

Chaise - Grand espace vide

 

 

Le silence est-il d’or ? Si de nombreuses études ont révélé les effets néfastes du bruit sur la santé, très peu de travaux se sont penchés sur les bienfaits du silence. Les données disponibles montrent néanmoins que le silence est nécessaire à notre santé auditive et à notre bien-être.

 

 

Les ravages du bruit

« Le silence est devenu une denrée rare et luxueuse dans le monde actuel. », explique le psychiatre Christophe André, qui a beaucoup œuvré à introduire la méditation dans le cadre hospitalier. Nous sommes environnés par un monde extrêmement bruyant : musique, télévision, circulation… Qu’il soit subi ou choisi, ce bruit se révèle nocif pour le corps comme pour l’esprit. Le bruit fatigue, rend irritable, trouble le sommeil, augmente les hormones du stress et le risque cardiovasculaire. Il altère l’audition, provoque des acouphènes, diminue la mémoire, les facultés cognitives et les capacités de concentration, favorise la déprime et la baisse de motivation. D’autres impacts délétères ont également été signalés, notamment une réduction des défenses immunitaires.

 

« De nombreuses études ont mis depuis longtemps en évidence les effets stressants des environnements sonores agressifs : pas seulement sur nos oreilles ; mais aussi sur notre bien-être, notre santé et nos performances. », ajoute le Docteur Christophe André. En 2012, un rapport de l’Académie de Médecine a fait le point sur l’ensemble des travaux publiés [1]. La liste des effets délétères du bruit est longue. On estime même que 3 % des décès cardiaques par maladie ischémique (infarctus principalement) lui seraient dus. Le bruit tue !

 

 

Le silence stimule la repousse neuronale

Et le silence ? « Le silence est sans doute bon pour le cerveau mais il existe très peu d’études pour le prouver. », regrette Christophe André. L’une d’entre-elles est pourtant très intéressante. Publiée en 2013, cette étude montre que des souris adultes exposées à deux heures de silence par jour développaient de nouvelles cellules dans leur hippocampe, cette région du cerveau dédiée notamment à la mémoire, aux apprentissages et aux émotions [2]. L’exposition à la musique de Mozart, reconnue par de nombreux travaux comme ayant des effets bénéfiques pour la santé (elle diminuerait notamment le cholestérol et les triglycérides sanguins, abaisserait la fréquence cardiaque et la tension artérielle), favorise elle aussi la neurogenèse dans cette petite zone de l’hippocampe. « Ce qui a le plus surpris les chercheurs, c’est le fait que le silence a eu un effet plus prononcé que Mozart ! », explique le Dr André. La musicothérapie est donc efficace, mais la « silencothérapie » le serait encore plus. Cette étude conforte les travaux menés en 2006 par le cardiologue Luciano Bernardi. Il constatait alors que deux minutes de silence pendant une musique douce étaient plus relaxantes que la musique elle-même [3].

 

Si peu d’études ont réussi à mesurer l’impact du silence sur la santé, l’expérience le montre clairement : le silence apaise, ralentit le tempo de la respiration, le rythme cardiaque… Pour quelle raison le silence serait à ce point bénéfique ? « D’abord parce que c’est une absence de bruit. », résume le Professeur Paul Avan, responsable du laboratoire de biophysique neurosensorielle à l’université de Clermont-Ferrand et spécialiste des surdités congénitales. « L’oreille a besoin de silence pour se reposer, se régénérer, recharger ses réserves et réparer les éventuelles lésions qu’elle a subies. » Pour Paul Avan, ce n’est pas seulement le silence qui est bénéfique mais l’alternance entre les sollicitations auditives et une forme de mise au repos. « L’organisme a besoin de contrastes. Dans notre cerveau, nos neurones ont deux caractéristiques : leur seuil, c’est-à-dire la stimulation à partir de laquelle ils se déclenchent, et le moment où ils saturent. » Le cerveau a besoin de jouer habillement sur toute la palette de ces stimulations.

 

 

Réduire le bruit et accéder au silence

La technologie, qui nous a permis de nous assourdir avec des casques et hauts parleurs de plus en plus puissants, offre aujourd’hui des solutions pour reconquérir le silence. Au premier chef les casques anti-bruit passifs ou actifs et bientôt des dispositifs qui seront capables de « filtrer les bruits gênants » dans les habitations en créant des contre-bruits en opposition de phase.

 

L’architecture n’est pas en reste. Les sound studies s’intéressent notamment aux questions de réverbération du son dans les environnements urbains. « On va arrêter de penser la ville uniquement sur le visuel mais aussi sur le sonore. », se réjouit Christian Hugonnet, qui dédie la journée du 25 janvier de la prochaine Semaine du Son à ce thème. Le silence est également la thématique choisie par l’Observatoire de la Maison pour la saison 2017/2018, qui nourrira notamment l’espace « Inspirations » du salon Maison & Objet 2017, du 20 au 24 janvier.

 

 

Quand le silence rend fou

Les chambres anéchoïques (ou chambres sourdes) sont des espaces ultra-insonorisés, dont les parois absorbantes ne renvoient aucune des vibrations sonores qu’elles reçoivent. Utilisées pour analyser des sons purs ou par certains industriels pour étudier la nuisance sonore produite par les appareils qu’ils commercialisent, ces chambres sourdes sont également l’occasion d’observer le comportement humain dans un environnement totalement silencieux. Et là, surprise : le vrai silence rend fou ! Hallucinations auditives, impression d’entendre le sang qui circule dans son corps, mais aussi pertes d’équilibre. Car l’oreille n’est pas seulement organe de l’audition, elle sert aussi à tenir debout.

 

« La verticalité repose sur la proprioception, les informations visuelles, l’oreille interne mais aussi tous ces micro-indices comme le bruit de nos pas, la réverbération des sons sur les parois. Sans ces indices, nous sommes perdus. », confirme le Pr Avan, qui réalise diverses expériences dans une chambre anéchoïque. Steve Orfield, le concepteur de la chambre sourde de la Nasa, où le niveau sonore est de 9,4 décibels, confirme : rester seul dans le silence de cette chambre est un supplice. Des journalistes sont parvenus à y rester près de 45 minutes dans le noir, c’est un record. Steve Orfield lui-même ne dépasse pas la demi-heure.

 

Homme - Montagne

 


 

Source :

https://fr.sott.net/article/32937-Les-vertus-du-silence

http://www.observatoire-groupeoptic2000.fr/reperes/focus-actualite-sante-visuelle-auditive/les-vertus-du-silence/

 

 

Référence :

[1] « Les nuisances sonores de voisinage dans l’habitat – Analyse et maîtrise »

 

[2] Kirste, Imke et al. « Is Silence Golden? Effects of Auditory Stimuli and Their Absence on Adult Hippocampal Neurogenesis. » Brain Structure & Function 220.2 (2015): 1221–1228. PMC. Web. 17 Jan. 2017

 

[3] Bernardi, L, C Porta, and P Sleight. « Cardiovascular, Cerebrovascular, and Respiratory Changes Induced by Different Types of Music in Musicians and Non‐musicians: The Importance of Silence. » Heart 92.4 (2006): 445–452. PMC. Web. 17 Jan. 2017

 

 

Pour en savoir plus :

Alain Corbin, Histoire du silence, éditions Albin Michel (2016)

17 comments

  1. Bonjour
    Intéressant comme toujours .
    Personnellement , depuis quelques temps , le silence a tendance à amener chez moi une angoisse que je ne parviens pas à expliquer ………Avant j’aimais ce silence ( jamais complet , ne serait ce qu’à cause des ronronnements de mon chat lol )…..Maintenant, j’ai  » besoin d’un bruit  » de fond  » (la télé vision par exemple ) , pourquoi ?
    A plus ?
    F.

    Aimé par 3 personnes

    1. ermite-athee dit : Personnellement , depuis quelques temps , le silence a tendance à amener chez moi une angoisse que je ne parviens pas à expliquer ………Les vertus du bruit, un sujet tout aussi intéressant.

      Aimé par 2 personnes

    1. Nous vivons dans un monde relativement bruyant même si parfois nous n’y faisons pas attention.

      Or d’après les études, trop de bruit nous serait nuisible tant sur le plan physique que psychologique.

      Le calme, la quiétude… Sont très importants pour notre équilibre.

      Je vous remercie pour votre visite et commentaire.

      Au plaisir de vous lire.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.