Les images impressionnantes de l’explosion de la fusée Firefly Alpha

Publié par

Time : 1 mn 01 / [1/2]

 

La société privée texane Firefly Aerospace a réalisé le premier essai en vol du microlanceur Firefly Alpha. Après deux minutes de vol, la fusée explosé, victime d’une avarie au niveau du premier étage. Elle embarquait une trentaine de microsatellites, américains, espagnols et grecs.

 

A juste titre, l’entreprise s’est toutefois félicitée d’avoir franchi des étapes cruciales lors de ce vol inaugural, comme le « décollage du pas de tir » et la « progression vers la vitesse supersonique » et d’avoir obtenu une « quantité importante de données ». Les baptêmes de l’air de fusées ne vont en effet bien souvent pas jusque-là…

 


 

 

 

La fusée Alpha de l’entreprise américaine Firefly Aerospace, en contrat avec la NASA, a rencontré une anomalie lors de son premier vol d’essai depuis la Californie. Deux minutes et demie après son décollage, l’engin a explosé.

 

Les premiers lancements sont toujours des moments de tension particuliers. Après plusieurs reports, Firefly Aerospace a tenté d’envoyer sa fusée Alpha vers l’orbite pour la première fois ce 3 septembre. Ce premier essai est un échec qui s’est conclu par l’explosion du lanceur à quelques kilomètres du site de Vandenberg.

 

 

Firefly, besoin de rebond

Dans son histoire, Firefly Aerospace revient déjà de loin. En 2017, la start-up du NewSpace est en faillite et tous ses employés sont renvoyés à la maison… Avant de reprendre le chemin du travail grâce à un rachat par un fonds d’investissement dirigé par l’Ukrainien Max Polyakov.

 

Depuis, l’entreprise cravache pour mettre en service sa fusée Alpha. Début 2020, un incendie se déclare lors d’un essai de mise à feu statique, puis la campagne qui mène au premier vol est retardée pour cause de crise sanitaire mondiale. Firefly Aerospace et ses équipes pensaient que le plus difficile était derrière eux avec cette tentative orbitale depuis le site de Vandenberg en Californie. Alpha s’élance depuis un pas de tir cher au cœur des amateurs de spatial, puisqu’il accueillait depuis longtemps les lanceurs Delta II s’élançant de la côte Ouest.

 

 

Firefly, ou fly… fire.

Après un premier report du compte à rebours à 3 h du matin (Paris, soit 18 h en Californie), Firefly a retenté la séquence une heure plus tard, et Alpha allumait correctement ses quatre moteurs Reaver à 3 h 59. La première phase du décollage semblait bien se passer, mais les annonces déclarant le passage à Mach 1 et Max-Q [1] ont été émises beaucoup plus tard que prévu initialement dans la chronologie du vol. Cela pourrait être dû à un mauvais fonctionnement de l’un des quatre moteurs, mais une enquête interne pourra donner des conclusions plus solides.

 

Peu après 2 minutes de vol, la fusée a commencé à dévier à gauche puis à droite, avant de quitter complètement sa trajectoire et se retrouver moteurs en avant. Le système de sauvegarde a été activé, c’est l’explosion que l’on peut retrouver ce matin sur un grand nombre de photos et de vidéos. En effet faire sauter la fusée est une mesure de sécurité pour éviter que sa déviation n’entraîne des risques pour les populations. La sévère FAA se penchera d’ailleurs sans doute sur le résultat : dispersés à haute altitude, des débris semblent s’être retrouvés chez des particuliers.

 

 

Un calendrier incertain

Si la majorité des premières tentatives se terminent mal, la suite des opérations sera intéressante à observer pour Firefly, dont un deuxième vol est d’ores et déjà prévu pour la fin de l’année 2021. Y aura-t-il une nouvelle tentative avec simplement de l’instrumentation à bord ? Ce premier vol transportait bien des satellites de différentes entités (principalement liées à l’éducation), mais avec une offre gratuite compte tenu des risques.

 

Firefly Aerospace est engagé dans un grand nombre de projets avec ses clients initiaux, mais aussi des institutions telles que la NASA, pour laquelle l’entreprise fait partie des concepteurs de nouveaux petits véhicules lunaires robotisés.

 


 

Time : 7 mn / [2/2]

 

La fusée Alpha de Firefly Aerospace a subi une anomalie en vol lors de son premier lancement. Filmé depuis le site de presse de la base de Vandenberg en Californie.

 


 

Source :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Firefly_Alpha

https://spacenews.com/firefly-alpha-explodes-during-first-launch/

https://www.nasaspaceflight.com/2021/09/firefly-maiden-flight-alpha/

https://www.vandenberg.spaceforce.mil/News/Article-Display/Article/2763829/firefly-alpha-terminated-mid-flight/

https://www.leparisien.fr/amp/sciences/espace-deux-decollages-rates-en-une-semaine-et-des-images-a-couper-le-souffle-04-09-2021-K3K5PFPNBNAYXMKSIRT7AQK36I.php

 

Article :

Eric Bottlaender, Spécialiste espace / Clubic

 

Référence :

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Max_Q

 

Vidéo :

[1] Les images impressionnantes de l’explosion de la fusée Firefly Alpha – Le Parisien / YouTube

[2] Firefly Alpha Rocket Explodes In-Flight – NASASpaceflight / YouTube

 

Photo :

Pour illustration

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.