Freedom Convoy 2022 : « Convoi de la liberté », Trudeau prend la fuite face au soulèvement populaire contre la tyrannie sanitaire – MAJ

Publié par

 

 

 

Le « Convoi de la Liberté » commence à faire grand bruit. Une impressionnante foule de manifestants et des milliers de camionneurs ont pris place, depuis samedi 29 janvier 2022, devant le Parlement Canadien à Ottawa. Et ce pour une durée encore indéterminée. De son côté, le Premier ministre canadien Justin Trudeau minimise l’ampleur du phénomène mais a pris la fuite avant l’arrivée du convoi. L’ampleur de ce mouvement, même si elle est étouffée par la plupart des médias politisés, semble faire écho à l’international. Des personnalités comme E.Musk et D.Trump ont publiquement manifesté leur soutien au convoi.

 

 

 

 

Une manifestation qui en dit long

Depuis le 15 janvier, tous les camionneurs canadiens non vaccinés doivent passer un test COVID-19 et se mettre en quarantaine lorsqu’ils reviennent des États-Unis.

 

Ils ne sont pas autorisés à entrer aux États-Unis à moins d’être vaccinés, et les conducteurs américains ne sont pas autorisés à entrer au Canada à moins de présenter leur certificat.

 

Tout a donc commencé il y a une semaine. Le principal convoi de camions est parti de l’État de l’Alberta, à l’ouest du Canada, et a fait route vers la capitale fédérale Ottawa, à l’extrême est, soit à environ 4.000 kilomètres de route.

 


 

Time : 2 mn 13 / [1/4]

 


 

C’est énorme et c’est inédit. Des milliers de camionneurs canadiens refusant la vaccination obligatoire et les restrictions sanitaires qu’ils jugent liberticides sont donc arrivés près de la colline du Parlement à Ottawa, ce samedi 29 janvier 2022.

 

« Il fait 70 km de long », a déclaré Benjamin Dichter, porte- parole du Freedom Convoy 2022, au Toronto Sun. « J’ai vu des images d’un avion. C’est impressionnant. »

 

Aux États-Unis, les téléspectateurs du réseau Fox News ont pu entendre, mercredi 27 janvier, l’ex-joueur de hockey canadien Theo Fleury annoncer 1,4 million de manifestants à Ottawa. « En ce moment, au Canada, il y a l’une des plus grandes révolutions. [Les camionneurs] vont rester jusqu’à ce que [Justin] Trudeau démissionne ou qu’il nous redonne nos droits et libertés », a-t-il dit.

 

Des milliers de manifestants sont, aujourd’hui, rassemblés dans la capitale canadienne pour protester contre les mandats de vaccination , les masques et les restrictions de liberté. Ils viennent des quatre coins du pays et ont levé plus de six millions de dollars en moins de deux semaines à travers la plateforme de dons GoFundMe.

 

Les derniers chiffres de la police donnent 2,3 millions de personnes et 120.000 camions !

 

Le convoi a bloqué la circulation dans toute la région, obstruant les artères qui mènent au centre-ville et en sortent. Les forces de l’ordre ont exhorté tout le monde à éviter de se rendre au centre-ville car il fait face à l’afflux de personnes.

 

Le convoi a pris de l’ampleur et des partisans alors qu’il voyageait le long de la route transcanadienne enneigée. Cette manifestation, qui était initialement prévue pour exhorter le gouvernement fédéral à abandonner son mandat de vaccination obligatoire pour les camionneurs, s’est transformée en un mouvement plus large contre toutes les mesures de santé publique.

 


 

Time : 13 mn 03 / [2/4]

 

Olivier De Senailhac, résident au Québec, est au micro d’André Bercoff pour aborder les restrictions liées au Covid au Québec et aux Etats-Unis.

 


 

Un certain nombre de personnes rassemblées, dont beaucoup ne sont pas des camionneurs, ont déclaré qu’elles étaient sur place pour faire pression sur le gouvernement afin qu’il mette fin aux restrictions liées à la pandémie et revienne à la « normale ».

 

La manifestation des camionneurs à Ottawa a mis en lumière que de nombreux Canadiens en ont assez du clivage entre vaccinés et non-vaccinés. Parmi les manifestants se retrouvaient d’ailleurs plusieurs personnes qui ont reçu deux ou trois injections et qui ont respecté les mesures sanitaires depuis le début de la pandémie.

 

Au Canada, un des pays les plus touchés par la « tyrannie covidiste », le rapport de force est-il en train de s’inverser ?

 

Tout semble l’annoncer, néanmoins, à l’instar de l’épisode du 6 janvier 2021 au Capitole américain, les manifestants devront résister à la doxa journalistique « main Stream » qui s’empresse déjà de dépeindre les centaines de milliers de camionneurs et leurs partisans comme des racistes et des extrémistes.

 

 

 

 

Trudeau minimise mais prend la fuite

De son côté, le Premier ministre canadien minimise l’ampleur du phénomène. Le « clone canadien » de Macron utilise le même narratif que celui du Président français lorsqu’il discréditait le mouvement des gilets jaunes, via les médias perfusés à coup d’argent public.

 

Mercredi 26 janvier, en conférence de presse, Trudeau déclarait aux journalistes :

 

« La petite minorité marginale de personnes qui se dirigent vers Ottawa a des opinions inacceptables qu’elle exprime et qui ne représentent pas les opinions des Canadiens qui ont été là les uns pour les autres et qui savent que suivre la science et se protéger mutuellement est la meilleure façon de continuer à garantir nos libertés, nos droits et nos valeurs en tant que pays ».

 

Il a également utilisé un langage similaire dans le passé. Dans une interview récemment réapparue dans un talk-show québécois en septembre, le premier ministre a qualifié de « racistes et misogynes » des millions de Canadiens non vaccinés.

 

On connaît la chanson. Reste que les abords du Parlement ont été placés sous haute surveillance par les forces de l’ordre qui laissaient toutefois circuler la foule. Les autorités avaient indiqué craindre des débordements pendant cette manifestation décrite comme « unique, à risque et conséquente » par le chef de la police, Peter Sloly.

 

Notons que pour le moment, les relations police/manifestants sont pour l’heure cordiales.

 

La grande partie de la colère des manifestants vise personnellement le Premier ministre canadien et de nombreux manifestants arborent des pancartes anti-Trudeau.

 

Ironie calculée sans doute, jeudi 27 janvier, Justin Trudeau annonçait, sur Twitter, être cas contact d’une personne positive au Covid-19. Le Premier ministre est donc isolé pour cinq jours. Et hasard ou coïncidence, Trudeau et sa famille ont quitté leur domicile à Ottawa pour un lieu secretrapporte la CBC. Ils auraient été déplacés de leur maison vers un endroit non divulgué dans la capitale nationale, ont indiqué des sources.

 

Le cabinet du premier ministre a déclaré qu’il ne pouvait pas commenter l’endroit où se trouvait Trudeau pour des raisons de sécurité. Son itinéraire, qui énumère normalement la ville où il séjourne, indiquait seulement qu’il se trouvait dans la « région de la capitale nationale ».

 

Pendant ce temps, les médias « main Stream » canadiens volent au secours de leur « maitre » en commençant à suggérer que la Russie serait derrière la manifestation, comme une forme de récompense pour le soutien du Canada à l’Ukraine dans l’impasse militaire croissante à leur frontière.

 

« Étant donné le soutien du Canada à l’Ukraine dans cette crise actuelle avec la Russie, je ne sais pas si c’est exagéré de demander, mais on craint que des acteurs russes continuent d’alimenter les choses alors que cette protestation grandit dès le début », a récemment déclaré un journaliste de la CBC lors d’une émission en ondes.

 

Trudeau fuit, se cache et lance ses « chiens de garde » médiatiques pour tenter de décrédibiliser le mouvement. Ce manque de sérénité et cette agressivité montrent bien qu’il craint le réveil de son peuple.

 

Preuve en est, le premier ministre de la province de Saskatchewan, qui défend la vaccination mais reconnaît qu’elle ne protège pas de l’infection, juge illégitimes les obligations vaccinales, apporte son soutien aux routiers et annonce la fin du passeport vaccinal dans sa province.

 

 

 

 

Malgré le silence médiatique, « le convoi de la liberté » se répand et s’internationalise

Ce besoin de liberté, confisquée depuis deux ans, n’est pas propre au Canada. De l’autre côté de la frontière, aux États-Unis, des camionneurs suivent l’exemple de leurs collègues. L’éditeur du Canadian Trucking Magazine, Dave Mackenzie, qui est un camionneur long-courrier, a déclaré à West Standard Online  que certains camionneurs américains conduisaient du Dakota du Nord à Portal Saskatchewan, où ils avaient l’intention de traverser la frontière et de rejoindre le groupe.

 

De nombreuses personnalités nord-américaines ont exprimé leur solidarité avec le convoi des camionneurs. Parmi elle, Le milliardaire Elon Musk, qui a exprimé son soutien sur Twitter.

 

« La liberté est dépouillée pan par pan jusqu’à ce qu’elle ne soit plus », a-t-il notamment écrit. « Il semblerait que la soi-disant ‘minorité marginale’ soit en fait le gouvernement. Protester dans un hiver canadien montre un réel engagement ! » a, également, tweeté Musk dimanche 30 janvier.

 

« Les camionneurs canadiens – vous avez lu à ce sujet – qui résistent courageusement à ces mandats anarchiques font de loin plus pour défendre la liberté américaine que nos propres dirigeants », a déclaré samedi soir l’ancien président américain Donald Trump, lors d’un rassemblement américain à Conroe, Texas. « Et nous voulons que ces grands camionneurs canadiens sachent que nous sommes avec eux tout au long du chemin. »

 

L’ampleur du mouvement, si elle est étouffée par la plupart des médias, semble avoir, aussi, insufflé un vent de révolte de l’autre côté de l’Atlantique.

 

Idriss Aberkane s’est fait le relai d’un appel européen, qui voudrait voir un convoi se former de la même façon qu’au Canada pour rouler jusqu’à Bruxelles. On ignore aussi quelle sera son ampleur. Mais le rendez-vous est fixé à Bruxelles, le 14 février prochain.

 

Dans l’UE, le secteur des transports est épargné des restrictions, car il est évident que l’Union européenne ne souhaite pas provoquer le secteur du transport et voir une situation canadienne se produire sur notre sol.

 

Néanmoins, le convoi de la liberté canadien fait des émules et un convoi pour la liberté européen commence à émerger.

 

Un convoi de camionneurs à débuter, dimanche 30 janvier, à Leeuwarden dans le nord des Pays-Bas contre les mesures de restrictions et le Pass sanitaire.

 

En Israël, pourtant pays pionnier du Pass-vaccinal, on soutient également la démarche canadienne.

 

En France, aucun « gros » média ne parle de cette situation incroyable. Pourtant, des routiers français préparent « le convoi de la liberté » via les réseaux sociaux. Mais on ne sait pas grand-chose, pour l’heure, de leur degré d’organisation, même si de nombreux groupes prennent vie, notamment via le réseau Telegram.

 

Autre information importante qui n’a pas été reprise par les grands médias, le Syndicat des navigants du groupe Air France (SNGAF) a déposé un préavis de grève illimitée contre le Pass vaccinal, avec prise d’effet au lundi 24 janvier. Ce sont les conséquences du changement du Pass sanitaire, devenu Pass vaccinal ce lundi, qui ont provoqué l’ire du syndicat. Le SNGAF dénonce donc « la rupture d’équité » entre tous les salariés de la compagnie et exige « le maintien d’une liberté de choix ».

 

Quelque chose est très clairement en train de se passer, même si les « journalistes » font la sourde oreille. Les citoyens, attachés à la liberté, se sont associés au « Freedom Convoy », un mouvement qui a pris de l’ampleur pour inclure des protestations générales contre les restrictions liées à la pandémie.

 


 

Time : 1 mn 23 / [3/4]

 

Canada : foule massive au Parlement vue par un drone lors de l’événement principal du convoi de la liberté 29 janvier 2022.

 


 

Time : 3 mn 23 / [4/4]

 

Il y a ce que l’on voit à la télé, et puis, il y a ce que l’on peut voir « en vrai »… 3 minutes pour mieux prendre conscience de ce sentiment de solidarité et de courage…

 

Bravo les canadiens, vous êtes un exemple pour le reste du monde.

 


 

Source :

https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/02/01/convoi-de-la-liberte-trudeau-prend-la-fuite-face-au-soulevement-populaire-contre-la-tyrannie-sanitaire/

 

Article :

Julien G. / Le Courrier des Stratèges

 

Vidéo :

[1] Le «Convoi de la liberté» passe par la région de Québec – Le Soleil, le quotidien de Québec / YouTube

[2] Québec, USA : déni médiatique autour de la levée des restrictions liées au Covid – Sud Radio / YouTube

[3] Canada: Massive crowd at Parliament viewed by drone at freedom convoy main event 1-29-2022 – The 4K Guy – Fire & Police / YouTube

[4] Le Freedom Convoy 2022 à Ottawa, en 3 minutes de pur bonheur ! – Pascal Prod’

 

Photo :

Pour illustration