Vacances : 65 % des Français ont déjà renoncé à partir faute d’argent [Vidéos]

Publié par

Time : 1 mn 32 / [1]

 


 

Deux tiers des Français ont déjà dû renoncer à leurs vacances d’été par manque d’argent

 

Plage - 1

Pour illustration

 

 

D’après un sondage IFOP, un nombre croissant de Français, appartenant aux classes moyennes et populaires, doivent renoncer à partir en vacances car ils n’en ont plus les moyens. Une fracture symptomatique qui vient s’ajouter à celles déjà mises en lumière ces derniers mois par la crise des Gilets jaunes notamment.

 


 

« Selon notre étude, 40 % des Français ont renoncé plusieurs fois à partir sur les cinq dernières années »

 


 

Une part croissante des Français les moins aisés n’iront pas se reposer à la campagne ou respirer l’air de la mer durant ces vacances d’été. Essentiellement à cause du coût de celles-ci. C’est en tout cas ce que révèle Sondage Ifop pour l’UNAT et la Fondation Jean-Jaurès sur les inégalités dans les départs en vacances des français. Menée par David Nguyen et Jérôme Fourquet auteur de « l’archipel français », cette enquête met en lumière un écart générationnel, social et territorial qui se creuse entre les Français.

 

L’étude, faite sur un échantillon de 1003 individus, indique que 59% des Français catégorisés comme « pauvres » ont souvent dû renoncer à un départ en vacances pour des raisons financières ces 5 dernières années. À l’opposé, seulement 11% de la catégorie aisée a dû faire ce sacrifice. Plus surprenant encore, la division entre les classes moyennes supérieures et inférieures comme l’analysent les responsables de l’enquête : « On constate ici que le niveau d’accès aux vacances d’été constitue une véritable ligne de faille sociologique au sein de la vaste classe moyenne. Le taux de renoncement passe de 48 % dans la partie inférieure de la classe moyenne à 21 % dans sa partie supérieure. Le corps central de la société n’a dès lors plus un rapport homogène à une pratique pourtant cruciale de la vie moderne ».

 

Ce que recherchent les différentes catégories sociales lorsqu’elles partent en vacances est d’ailleurs révélateur de ces fractures. Le premier souci des catégories populaires est d’aller dans « un endroit pas cher » (33%), ensuite de « partir loin de chez soi pour déconnecter du quotidien » (26%). Si les catégories supérieures partagent cette nécessité de partir loin et de se déconnecter du quotidien (37%), le fait de trouver un endroit peu cher s’élève seulement de 15%.

 

Cette donnée du prix des vacances est donc le principal facteur expliquant cette fracture entre les différentes catégories de la population. En effet, l’envolée des prix des logements et du transport -notamment en train- fait que les classes moyennes et populaires peuvent de moins en moins assumer les coûts. Dans une interview au Figaro, Jérôme Fourquet, apporte des clés de lecture pour comprendre cette envolée des prix : « C’est un phénomène que l’on retrouve dans tous les secteurs de la consommation : la montée en gamme ou «premiumisation». Elle touche notamment les offres d’hébergement, en particulier les structures d’accueil historiquement dédiées aux publics populaires, comme les villages vacances ou les campings, aujourd’hui renommés « hôtelleries de plein air ». »,  explique Jérôme Fourquet.

 

Les clivages que soulèvent cette étude sont aussi territoriaux : 54% des vacanciers de province privilégient un changement de région en France alors que 25% préfèrent changer de pays régulièrement. Dans le même temps, 35% des vacanciers sondés en Île-de-France privilégient un changement de région au niveau national et 38% ont tendances à changer de pays régulièrement.

 

 

Les Gilets jaunes parmi les plus impactés

Autre symbole révélateur : 61% de Français qui se revendiquent Gilets jaunes ont un taux de renoncement fréquent au départ en vacances ces 5 dernières années. Les Gilets jaunes renoncent donc plus fortement que la moyenne des Français à partir en vacances. Pour les non-Gilets jaunes, qui soutiennent le mouvement, ce taux diminue mais reste à 45%. Cette impossibilité de se rendre en vacances alors que d’autres le peuvent renforce un clivage social et un sentiment de paupérisation entre différentes catégories de la population. Pour Jérôme Fourquet : « Dans une société qui privilégie les loisirs, où les vacances sont un must-have, ce renoncement est un marqueur de déclassement social douloureusement ressenti. Les réseaux sociaux, sur lesquels chacun met avantageusement en scène ses vacances, alimentent ce sentiment de frustration parmi ceux qui ne peuvent plus partir ».

 


 

Time : 26 mn 52 / [2]

 


 

Enfant - Plage

Pour illustration

 


 

Source :

https://www.ifop.com/publication/les-francais-et-les-vacances-5/

https://www.ladepeche.fr/2019/08/02/vacances-deux-francais-sur-trois-ont-deja-renonce-par-manque-dargent,8343348.php

https://www.lepoint.fr/societe/vacances-65-des-francais-ont-deja-renonce-a-partir-faute-d-argent-15-07-2019-2324547_23.php

http://www.leparisien.fr/societe/six-francais-sur-dix-ont-deja-renonce-aux-vacances-sauvons-les-campings-pas-chers-14-07-2019-8116665.php

https://fr.sputniknews.com/france/201908051041873994-deux-tiers-des-francais-ont-deja-du-renoncer-a-leurs-vacances-dete-par-manque-dargent/

 

Article :

Sputniknews

 

Vidéo :

[1] Vacances : 65 % des Français ont déjà renoncé à partir faute d’argent – Le Point Actu / Dailymotion

[2] Très chères vacances – Le pouvoir d’Achat en Vacances – Documentaire Société / YouTube

 

24 commentaires

      1. Fort heureusement pour moi, j’ai pu les faire enfants avec mes parents. Mais à ce jour, cela me serait impossible (3 semaines, voir 1 mois dans un bon hôtel tout compris).

        Aimé par 1 personne

  1. Nous avons surtout 7 millions de chômeurs, 12 à 15 millions de pauvres et le reste retraité compris paient pour ces derniers, solidarité mondiale oblige. . . Club du soleil avec promo. Pyrénées en pension complète deux semaines, guide de montagne, matériel compris. Sur une promo, pour deux 1240 euros. Certes avec enfants cela coûte un peu plus cher.

    Aimé par 1 personne

    1. La France est devenue inaccessible pour la plupart des français (y compris moi). Donc lorsque je le peux, c’est direction l’étranger. Fort heureusement pour moi, j’ai pu profiter de notre beau pays avec mes parents lorsque j’étais enfant.

      Aimé par 1 personne

  2. Ben pendant que les pollueurs se plaignent, je prends un sac à dos et j’explore ma région à pieds.
    La France à l’agonie vend des iPhones que le Français change tous les 6mois pour avoir le gadget au top, bouffe de la merde de grande surface, consomme et sur consomme et les gilets jaunes se plaignent de leur SMIC.
    Ben il est temps de redescendre sur terre : nous les ruraux, nous n’avons pas de congés payés et les animaux ont besoin de soin toute l’année. On vit avec 700€/mois et on se débrouille avec ça.
    Bon, après, le ramassage des déchets des touristes qui arrivent en terre conquise, ne supportent pas le clocher de l’église ni le chant du coq……. C’est lourd.
    C’est marrant aussi que le Français refuse les étrangers sur son sol mais est content de partir polluer les pays pas chers.
    Ce n’est pas la France qui agonise…..

    Aimé par 1 personne

      1. Toutes les régions ont des coins pour marcher. L’herbe n’est pas plus verte ailleurs.
        Quand à mon actuelle situation, je l’ai déjà dit, j’ai pris une décision à la portée de tous.
        Rares sont ceux qui se jettent à l’eau, nombreux sont ceux qui se plaignent. La complainte ne mène nul part. La liberté de mérite.

        Aimé par 2 personnes

  3. Les eurorégions pour dynamiter les États. Aphadolie dit : L’État français n’est plus maître de son pays depuis bien longtemps. Pensons que les états du monde suivent une seule politique, une politique, qui semble certes insensée. Les peuples ne peuvent comprendre. Ne peuvent comprendre, pour causes d’ignorances, ignorance sur un trop grand nombres d’incroyables dissimulations ou non divulgations.

    Aimé par 1 personne

    1. « L’individu est handicapé en se retrouvant face à face avec une conspiration si monstrueuse, qu’il ne peut croire qu’elle existe. »

      J. Edgar Hoover (1895-1972), Directeur du FBI de 1924 jusqu’à sa mort

      Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.