Chine : Pourquoi découvrir l’origine du coronavirus est si important et si compliqué

Publié par

 

La chauve-souris est le coupable idéal, mais il lui faut un hôte intermédiaire pour infecter l’Homme. Et si la piste du serpent est très fragile, les recherches ne font que commencer.

 

 

Coronavirus - 1

L’hôte du coronavirus était-il une chauve-souris, un serpent, une civette ? La question est cruciale

 

 

Alors que la Chine multiplie les restrictions de plus en plus importantes pour limiter la propagation du nouveau coronavirus qui a déjà tué 17 personnes, les chercheurs du monde entier tentent de comprendre exactement à quoi nous avons affaire.

 

On sait que l’épidémie a débuté sur un marché de Wuhan où s’échangent des animaux vivants. Le génome du virus, récolté sur des patients, a également été entièrement séquencé. Il s’agit clairement d’une nouvelle forme de coronavirus, baptisé 2019-nCov. Et il est également clair qu’il a été transmis à l’Homme par un animal, encore non identifié, que l’on appelle communément un “réservoir”.

 

Pour le reste, malheureusement, « on est encore dans le flou », affirme au HuffPost Sandrine Belouzard, chercheuse au Centre d’infection et d’immunité de Lille. Et si le serpent ou la chauve-souris sont pour l’instant évoqués, ces pistes sont à prendre avec des pincettes.

 

L’enjeu est pourtant d’importance car « la confirmation de la présence d’un réservoir animal est essentielle pour l’intervention et la prévention de l’épidémie », expliquent deux chercheurs américains dans une mise au point publiée ce mercredi 22 janvier dans le Journal of medical virology. Pour identifier le parcours du virus et ce réservoir animal, il va donc falloir comparer les virus entre eux.

 

 

La chauve-souris originelle

Un exemple tout simple : comme le rapporte Wired, les informations à notre disposition montrent que le virus n’a presque pas muté depuis qu’il a contaminé l’Homme. Sur 15 génomes viraux analysés, presque aucune différence n’a été repérée. Cela veut dire que soit le virus s’est propagé vite entre animaux à Wuhan et est passé de la bête à l’Homme à de multiples reprises, soit qu’il y a eu peu d’humains contaminés au départ et qu’il est ensuite très virulent entre humains.

 

Cette deuxième hypothèse n’est pas celle retenue pour le moment au vu de ce que l’on observe. Mais pour s’en assurer, les données actuelles ne suffisent pas, précise le magazine. Sauf que si l’on connaissait l’animal qui a transmis ce coronavirus à l’Homme, on pourrait alors tester en laboratoire sa viralité. Voilà pourquoi, entre autres, il est important de savoir quel animal a contaminé l’Homme.

 

Malheureusement, les choses ne sont pas simples. « Une fois que l’on a le génome, on le compare à des banques de données dans lesquels on peut vérifier les virus connus les plus proches », explique Sandrine Belouzard. Ça, on l’a déjà fait. Résultat : c’est bien un coronavirus proche du Sras, dont l’épidémie venue de Chine en 2003 avait fait plus de 700 morts. Surtout, il est proche de « virus de type Sras que l’on trouve dans des chauves-souris », détaille la chercheuse.

 

En effet, les chauves-souris sont de véritables nids à virus en tout genre, des porteurs sains qui ont le don d’intriguer la science. Elles représentent par exemple 20% de la diversité des mammifères alors que ce sont les seuls à voler. Et pour une raison mystérieuse, elles semblent transporter de nombreux virus… sans subir d’effet négatif. Une étude de 2007 expliquait que les chauves-souris, notamment l’espèce Grand fer à cheval, est « un réservoir naturel d’un groupe de coronavirus apparenté au Sras ».

 

 

La quête de l’hôte intermédiaire

Mais apparenté ne veut pas dire identique. Le génome des coronavirus trouvés sur les chauves-souris est proche, mais pas assez pour pouvoir passer à l’Homme. Dans le cas du 2019-nCov, la ressemblance est d’environ 85%, nous précise Sandrine Belouzard.

 

Pour qu’un coronavirus infecte l’Homme, il faut qu’il mute plusieurs fois. D’abord pour infecter un autre mammifère. Puis, dans cet autre animal, appelé “hôte intermédiaire”, une nouvelle fois pour infecter l’être humain. En 2003, c’est via la civette palmiste que le Sras est né. Pour le virus Mers, les intermédiaires sont des dromadaires. « Ce que l’on cherche, aujourd’hui, c’est l’hôte intermédiaire qui doit être infecté par un virus très proche, voire identique à celui trouvé chez l’Homme », détaille la chercheuse.

 

Mercredi 22 janvier, toujours dans la revue Journal of medical virology, des chercheurs chinois ont émis l’hypothèse d’un hôte intermédiaire inédit le serpent. Mais Sandrine Belouzard appelle à la prudence. « Ces résultats sont surprenants et très indirects », explique-t-elle. Pour faire simple, les auteurs ont analysé en détail une partie du virus, qui est « utilisée préférentiellement par le serpent quand il fabrique des protéines ».

 

 

Analyses en cours

C’est donc loin d’être une preuve directe, surtout « qu’on ne connait aucun coronavirus chez les serpents, qui sont des créatures à sang froid », rappelle la chercheuse, qui se dit « un peu sceptique ». D’autant que le marché de Wuhan était rempli de nombreux autres mammifères et oiseaux, connus pour être touchés par divers coronavirus.  Des prélèvements ont été réalisés sur plusieurs animaux présents, selon les autorités chinoises.

 

Dans la mise au point, les deux chercheurs américains évoquent également la piste du serpent, tout en rappelant également qu’il faut réaliser des vérifications et que de nombreux autres suspects étaient présents à Wuhan. La plus simple : « déterminer si 2019-nCov peut être isolé et infecter les serpents ».

 

Si des résultats positifs sont trouvés sur les prélèvements d’animaux, il faudra également vérifier que le virus animal est bien capable de contaminer l’Homme. Dans cette course contre la montre, la quête de l’origine est loin d’être achevée.

 


 

Time : 1 mn 27 / [1]

 

Time : 3 mn 35 / [2]

 


 

« J’aurais pu monter avec 40 de fièvre ! », affirme Philippe Dauger, l’un des premiers Français à sortir du vol Air France AF 139 qui a atterri à Paris peu avant 16 h GMT, surpris par des contrôles très réduits.

 

À leur arrivée en France, en revanche aucun contrôle pour le couple français. « On nous a demandé nos coordonnées si d’aventure il se passait quelque chose, mais c’est tout ».

 

La Presse / Agence France-Presse / 23 janvier 2020

 


 

Coronavirus - 2

Coronavirus /  Pour illustration

 


 

Source :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17451830

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/jmv.25683

https://www.huffingtonpost.fr/entry/vous-avez-deja-eu-un-coronavirus-mais-voici-pourquoi-celui-ci-inquiete-tant_fr_5e285608c5b6d6767fccb0dd

https://www.lapresse.ca/international/asie-et-oceanie/202001/23/01-5258020-epidemie-les-derniers-voyageurs-ayant-pu-quitter-wuhan-racontent.php

https://www.huffingtonpost.fr/entry/pourquoi-decouvrir-lorigine-du-coronavirus-est-si-important-et-si-complique_fr_5e29a9ccc5b67d8874adc68f

 

Article :

Grégory Rozières / Huffingtonpost

 

Vidéo :

[1] Vous avez déjà eu un coronavirus, mais voici pourquoi celui-ci inquiète tant – LeHuffPost / YouTube

[2] Le monde tente de limiter la propagation du coronavirus – Le Parisien / YouTube

25 commentaires

  1. « J’aurais pu monter avec 40 de fièvre !  » –  « On nous a demandé nos coordonnées si d’aventure il se passait quelque chose, mais c’est tout ».  » C’est inadmissible ! D’abord la Chine qui laisse partir des voyageurs alors qu’il y a une épidémie dans son pays. Ce qui, me semble t-il, est complètement déraisonné et dangereux . Et la France,  qui ne s’inquiète pas plus que cela, et demande juste des coordonnées aux passagers en provenance de la Chine. Franchement, je ne sais pas où on va, quel qu’en soit le domaine d’ailleurs. C’est terriblement inquiétant.

    Aimé par 2 personnes

    1. Je ne l’ai pas publié mais une chinoise aurait débarqué en France et elle l’a annoncé à ses amis sur les réseaux sociaux. Elle avait de la fièvre et a pris un cachet pour passer les ‘cordons sanitaires’. Canular ou fait réel, très peu de site en font référence. Tu peux le trouver sur LCI.

      Aimé par 1 personne

      1. J’ai vu une vidéo sur des hôpitaux chinois complètement bondés et débordés. Des médecins qui ne savent plus comment faire. Certaines villes sont mises en quarantaine … Franchement devant une telle situation dramatique, c’est l’aéroport qui aurait fallu fermer depuis fort longtemps et ne plus faire sortir personne. Mais là encore, on ne nous a pas tout dit ( il parait que cette épidémie aurait commencé début décembre) et on ne nous dira pas tout ! Ce serait bien trop alarmant.

        Aimé par 1 personne

  2. si c’est un vrai virus (et non une mise en scène comme dans Rencontres du 3eme Type), je te parie ce que tu veux que c’est relâché depuis un labo.
    Les manifs ne s’apaisent pas à HK malgré la violence policière et l’autorisation des autorités d’y impliquer les triades, des gazs lacrymos très toxiques, la déportation des arrêtés etc
    Ça tombe sur un timing parfait déjà sur un plan que Bill Gates avait publié sur une épidémie de ce genre qui ferait 30 millions de morts en 6 mois etc etc etc
    Y’a pas de hasard, tout est contrôlé

    Aimé par 2 personnes

      1. et la ville où le virus a peté, y’a un labo de virologie dans la même ville, et ce même labo a demandé en 2015 des extraits d’ebola et d’autres cs graves à d’autres labos de virologie, donc un canadien.

        Edit: la simulation de bill gates commençait également en chine

        Aimé par 1 personne

      1. évidemment c’est de notre faute, pas celle des industries et des gouvernements qui autorisent les pipelines, ou Nestlé à acheter l’eau. Non c’est de notre faute, nous qui voulons avoir des enfants, manger de manière omnivore, et boire avec une paille!

        Pfffff!

        Merci pour la video! C’est effayant!

        Aimé par 1 personne

  3. Bon perso, cette nouvelle est malheureuse pour les chinois, et effectivement ils devraient fermer les aéroports y compris pour les ressortissants… mais je dois avouer qu’ils sont fort les dirigeants
    Je m’explique, trop de monde sur terre, on sait tous que les asiatiques sont plus nombreux, surtout la chine, donc on met le virus chez eux, et pour que ça se développe (comme le sida à l’époque) on fait sortir les ressortissant .. on fait style qu’effectivement on regarde qu’ils sont pas malade et hop ni vu ni connu je t’embrouille.. c’est pourri, mais c’est bien ficelé, vu que personne ne réagit et tout le monde se dit « ouah la france est super sympa, les américains aussi, ils vont chercher leur ressortissant, faut les sauver  » ils passent pour des héros…

    Après il faut pas tomber dans la panique car un mec m’a montré une vidéo, le coronavirus existe depuis des années… il a muté c’est une chose mais bon nul besoin de s’inquiéter… il y a eut le h1N1 , la grippe aviaire,… il y en aura d’autre.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.