Les légendes du cinéma : Dean Stockwell

Publié par

 

 Robert Dean Stockwell (1936-2021)

 

 

Robert Dean Stockwell naît le 5 mars 1936 à Hollywood en Californie.

 

Dean est né dans une famille d’artistes. Il était le fils cadet d’Elizabeth (Betty) Stockwell, une actrice de vaudeville, et de Harry Stockwell, un acteur et chanteur de baryton lyrique. Son père est apparu dans les productions new-yorkaises de Carousel et Oklahoma, ainsi que la voix du prince charmant dans le film de Disney « Blanche-Neige ». Son frère aîné, Guy Stockwell, était acteur de télévision et de cinéma. Sa belle-mère, Nina Olivette, était actrice, comédienne, chanteuse et danseuse dans le burlesque et le théâtre à New York et dans toute l’Amérique du Nord. La famille de sa mère était italienne.

 

Lorsque Harry Stockwell entendit parler d’une pièce, « Innocent Voyage » (1944) de Paul Osborne, qui cherchait des enfants acteurs, la mère de Dean Stockwell a emmené leurs deux fils pour une audition. Les deux garçons ont réussi. Le rôle de Robert Dean était petit et n’a eu qu’une courte durée, mais cela l’a conduit à un contrat avec la MGM.

 

Fort d’une carrière de plus de 70 ans, Dean Stockwell est devenu très populaire dans les années 90, en interprétant l’hologramme Al dans la série américaine « Code Quantum » (1989).

 

Dean Stockwell a commencé sa carrière d’acteur à l’âge de 7 ans. Il monte sur scène à Broadway. Ses débuts d’enfant star furent surtout remarqués par son apparition dans la comédie musicale « Escale à Hollywood » (1945) aux côtés de Gene Kelly, Kathryn Grayson et Frank Sinatra.

 

Dean Stockwell apparaît au cinéma dans « Le Mur invisible » (1947), film d’Elia Kazan, où il joue le personnage du fils de Gregory Peck. Le film est couronné par un prix spécial aux Golden Globe l’année suivante et par deux premiers rôles dans « Le Garçon aux cheveux verts » (1948) et « The Secret Garden » (1949).

 

Contrairement à beaucoup d’enfants stars, Stockwell a eu une carrière relativement prolifique pendant son adolescence, jouant notamment aux côtés d’Errol Flynn dans « Kim » (1950).

 

Dans les années 50, Dean Stockwell est diplômé de l’Alexander Hamilton High School à Los Angeles et a fréquenté l’Université de Californie à Berkeley pendant un an avant d’abandonner. « J’étais malheureux et je ne pouvais pas m’entendre avec les gens », avait-t-il déclaré plus tard. Pendant son temps à l’UC Berkeley, Stockwell s’est immergé dans la musique et a écrit plusieurs petites compositions.

 

Dean Stockwell apparaît ensuite dans des films comme « Le Génie du mal » (1959) et « Long voyage vers la nuit » (1962), qui lui valent deux prix d’interprétation au Festival de Cannes, respectivement partagés avec Bradford Dillman et Orson Welles en 1959 et avec Jason Robards et Ralph Richardson en 1962.

 

Avec Marcello Mastroianni et Jack Lemmon, il est un des trois seuls acteurs ayant obtenu à deux reprises le Prix d’interprétation masculine au festival de Cannes.

 

Ces années sont aussi marquées par « La Fleur de l’âge » (1965), film dans lequel son interprétation de Joseph, un évadé qui tombe amoureux d’une fille de 15 ans, fut à la fois admirée et controversée.

 

Et les succès s’enchaînent pour le comédien. En 1984, Dean Stockwell est à l’affiche de « Paris, Texas » de Wim Wenders et dans « Dune » de David Lynch.

 


 

Dean Stockwell dans le rôle du Docteur Wellington Yueh – Dune (1984)

 

 

Time : 3 mn 46 [Vostvfr] / [1/3]

 


 

Deux ans plus tard, il collabore une nouvelle fois avec le réalisateur pour son film « Blue Velvet ». En 1988, l’acteur manque de peu la consécration. Nommé pour l’Oscar du meilleur second rôle pour son interprétation de Tony « the Tiger » Russo dans « Veuve mais pas trop », l’acteur ne décrochera pas la statuette.

 


 

Time : 1 mn 49 / [2/3]

 


 

Inoubliable dans la série « Code Quantum »

 

 

 

Il enchaîne avec ce qui est peut-être son rôle le plus connu dans le monde : Albert « Al » Calavicci, le personnage-hologramme de la série télévisée de science-fiction « Code Quantum », diffusée de 1989 à 1993, dans laquelle il donne la réplique à Scott Bakula. Avec 97 épisodes au compteur, il est nommé aux Emmy Awards et remporte le prix du meilleur acteur dans un second rôle aux Golden Globes en 1990.

 


 

Time : 1 mn 55 [Vostvfr] / [3/3]

 


 

En 2014, les deux héros de « Code Quantum » se retrouvent, le temps d’un épisode, sur le tournage de la première saison de la série « NCIS : Nouvelle-Orléans ». Et celui qui se trouve derrière la caméra n’est autre que James Whitmore, qui a dirigé le duo dans quinze épisodes de « Code Quantum ».

 

Le comédien a joué dans plusieurs séries, parmi lesquelles « La Quatrième Dimension » (1961), « Columbo » (1972), « Pour l’amour du risque » (1982), « Arabesque » (1988), « Lois & Clark : Les nouvelles aventures de Superman » (1994), « Battlestar Galactica » (2006 – 2009)…

 

Dean Stockwell possède son Étoile au Walk of Fame, située au 7030 Hollywood Boulevard qui fut payée en majeure partie par les fans de la série « Code Quantum ».

 

 

Au cours de sa vie, il se maria deux fois :

Le 15 avril 1960, il épouse l’actrice Millie Perkins (m. 1960–1962). Le 15 décembre 1981, Dean Stockwell a épousé sa seconde épouse, Joy Marchenko (m. 1981–2004), une experte textile qui travaillait au Maroc.

 

Il eut deux enfants avec sa femme Joy Marchenko : Austin Stockwell (05.11.1983) et Sophia Stockwell (05.08.1985).

 

 

Quelques-unes de ses citations :

« Je déteste l’admettre, mais vous ne pouvez pas jouer un rôle à moins que ce ne soit quelque part dans votre psyché. Les gens ne réalisent pas à quel point le subconscient est vaste. C’est comme l’infini. »

 

« La route a été longue et difficile. Certaines parties étaient assez cahoteuses, mais les dernières années ont été plutôt fluides. »

 

« Ce n’est pas la vie la plus facile du monde, mais aucune vie n’est facile. Et j’ai hâte de voir où la route mène à partir d’ici. »

 

 

Dean Stockwell s’est éteint paisiblement dans son sommeil de causes naturelles à son domicile à l’âge de 85 ans, le 7 novembre 2021 à Ranchos de Taos en Nouveau-Mexique (États-Unis).

 


 

Robert Dean Stockwell (1936-2021)

 


 

Projecteur - GIF

 


 

Source :

https://www.imdb.com/name/nm0001777/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dean_Stockwell

https://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-87/biographie/

https://deadline.com/2021/11/dean-stockwell-dead-quantum-leap-star-1234870413/

 

Vidéo :

[1] Dune – Paul Atreides [HD] – Cyber Chaos Crew / YouTube

[2] Générique Code Quantum – Kylo Ren / YouTube

[3] Quantum Leap – Dean Stockwell Mashup | NBC Classics – NBC Classics / YouTube

 

Photo :

Pour illustration

11 commentaires

    1. Les Langoliers adapté du roman de Stephen King est excellent. Je l’ai également en film.

      Code Quantum : série culte.

      Dune (le premier de David Lynch avec Kyle MacLachlan, etc…), je ne compte plus le nombre de fois que j’ai pu le voir.

      Dean Stockwell… 70 ans de carrière. Chapeau ! Un très bon acteur aussi bien dans les films que les séries. Je ne sais pas si vous avez vu celui-ci mais il vaut le détour (c’est l’un de ses derniers films) : « Deep in the Darkness » (2011), il vaut le détour.

      Je vous remercie pour vos visites, commentaires et reblogues.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.